Accéder au contenu principal

En Russie, l’étrange vote sur la Constitution

Bureau de vote en plein air pour la réforme de la constitution, à Saint-Petersbourg le 28 juin 2020.
Bureau de vote en plein air pour la réforme de la constitution, à Saint-Petersbourg le 28 juin 2020. OLGA MALTSEVA / AFP
3 min

Bureaux de vote ambulants, campagne électorale à sens unique, loteries pour encourager les électeurs à voter... Le déroulement du vote sur la réforme de la Constitution suscite de nombreuses questions - et de sarcasmes- sur les réseaux sociaux. L’issue du « vote national » ne fait quant à elle aucun doute : c’est le « Oui » qui va l’emporter, ce qui permettrait à Vladimir Poutine de briguer deux nouveaux mandats et de rester au pouvoir jusqu’en 2036.

Publicité

de notre correspondant à Moscou,

Avant même la fin d’un scrutin étalé sur une semaine pour cause de coronavirus, un institut de sondage russe donne déjà des résultats « de sortie des urnes » et sans surprise c’est le « Oui » qui l’emporte avec plus de 75 % des voix. Interrogée sur l’irrégularité de la publication d’un sondage en cours de scrutin, la commission électorale russe s’est contenté de la regretter mais a reconnu n’avoir « aucun levier » pour l’interdire.

Explication : le vote sur la réforme de la Constitution n’est pas régi par la loi électorale en vigueur – les autorités ayant pris soin de ne pas le qualifier de « référendum ». Un vote « hors cadre » ou tout, ou presque, devient dès lors possible. Ce qui suscite nombre de critiques et de commentaires acerbes de la part de l’opposition ou sur les réseaux sociaux. Pour l’ONG d’observation électorale Golos, interrogée par le Moscow Times, ce vote serait même « l’un des moins transparents et l’un des plus manipulés » de ceux dernières décennies en Russie.

Voitures et appartements à gagner

Car si l’issue du vote ne fait aucun doute – avec comme conséquence la possibilité pour Vladimir Poutine de se présenter pour deux mandats supplémentaires –, c’est le taux de participation qui inquiète les autorités. Prévu initialement en avril, après l’annonce surprise de la réforme de la Constitution en janvier, le vote a dû être repoussé de plus de deux mois pour cause de coronavirus.

Une dynamique politique cassée, et des électeurs démotivés : tout est donc fait pour encourager les Russes à aller voter. Comme l’ont souligné plusieurs médias russes, les méthodes traditionnelles sont mises à contribution, avec les pressions exercées par les grandes entreprises et les administrations sur leurs employés pour voter, et faire voter leurs proches. Et les « loteries » organisées à l’occasion du vote ont pris une ampleur inégalée dans le passé.

Dans certaines régions, les électeurs peuvent gagner un téléphone, une voiture, voire même un appartement. À Moscou, les lots sont plus modestes puisqu’il s’agit pour l’essentiel de bons d’achat à dépenser dans les commerces de la capitale russe. Mais le montant total des sommes engagées s’élève tout de même à plus d’une centaine de millions d’euros.

Bureaux de vote ambulants

Pour faciliter le scrutin malgré les risques liés à l’épidémie de coronavirus, les autorités ont également encouragé le vote à domicile et autorisé la mise en place de bureaux mobiles, en plein air. Résultat, les réseaux sociaux russes ont été inondés d’images assez étonnantes de bureaux de vote improvisés sur des parkings, à l’arrière de camionnettes, ou sur des bancs publics. À mille lieues des normes internationales en matière électorale.

Autre critique adressée cette fois par l’opposition : l’absence de débat, et même de possibilité de débattre sur cette réforme de la Constitution. Pour cause de coronavirus, les rassemblements ont été interdits, et le camp du « Non » n’a obtenu aucun espace d’expression à la télévision, où les seules voix audibles étaient en faveur de la réforme. Il est vrai qu’une bonne partie de l’opposition a considéré d’emblée ce vote comme étant illégitime, et a préféré appelé à son boycott.

À écouter : Poutine jusqu’en 2036? Les électeurs appelés à valider une réforme constitutionnelle

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.