Accéder au contenu principal

Coronavirus: 200 000 personnes reconfinées en Espagne après une hausse du nombre de cas

Des Madrilènes en confinement pendant l’épidémie de coronavirus qui touche l’Espagne, le 27 mars 2020.
Des Madrilènes en confinement pendant l’épidémie de coronavirus qui touche l’Espagne, le 27 mars 2020. REUTERS/Sergio Perez
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Inquiètes face à une hausse « très importante » des cas de Covid-19 en Catalogne, les autorités régionales ont ordonné ce samedi 4 juillet le reconfinement d’environ 200 000 habitants autour de la ville de Lerida (Lleida en catalan), à l’ouest de Barcelone. Au total, ce sont 1 400 kilomètres carrés et 38 municipalités, dont la ville de Lerida elle-même qui sont concernés.

Publicité

Un nouveau confinement a débuté ce samedi 4 juillet à midi en Espagne, dans la région catalane. Suite à une hausse « très importante du nombre de cas de contagion de Covid-19 », environ 200 000 personnes, vivant dans la zone del Segria autour de la ville de Lerida, sont invitées à rester chez elles, a indiqué le président de la région, l'indépendantiste Quim Torra.

Entrée et sortie restreinte, regroupements de plus de dix personnes interdits, visites dans les maisons de retraites suspendues… Ce reconfinement a été décidé seulement deux semaines après la levée du confinement généralisé qui empêchait les Espagnols de quitter leur province.

Une décision qui intervient en même temps que la réouverture des frontières, samedi 4 juillet, aux ressortissants de 12 nouveaux pays. Plus tôt, l'Espagne avait déjà autorisé l’entrée sur son territoire aux citoyens de l'Union européenne et de l'espace Schengen ainsi qu’aux Britanniques depuis le 21 juin.

L’Espagne, l’un des pays les plus durement touchés par la pandémie

L’un des pays les plus affectés par la pandémie, avec au moins 28 385 morts, l'Espagne avait enregistré vendredi 3 juillet 17 morts du coronavirus en 24 heures, soit le plus grand nombre quotidien de décès depuis 19 juin.

De source officielle, relate notre correspondant à Madrid, François Musseau, ce les saisonniers venus d’ailleurs seraient le principal vecteur de contagion, comme c’est aussi le cas dans deux autres provinces espagnoles, celle de Huesca, en Aragon, et celle de Huelva, en Andalousie. 

Même si les autorités estiment avoir réussi à contrôler la contagion après un sévère confinement de plus de trois mois, le ministère de la Santé a souligné vendredi que de nouveaux renforts avaient été déployés dans les aéroports, pour « le contrôle des arrivées des voyageurs », avec prise de température et recueil de leurs données personnelles.

Selon le dernier bilan du ministère de la Santé divulgué vendredi 3, le nombre de cas confirmés atteint les 250 545 pour 47 millions d'habitants.

Un peu plus à l'ouest le Portugal a pris des décisions similaires dans la région de Lisbonne depuis le 1er juillet tout comme l'Allemagne, la Grande Bretagne, l'Italie et l'Ukraine. Ces pays suivent ainsi le schéma de la Chine qui avait dû rapidement réimposer un confinement dans certains quartiers de Wuhan, berceau de l'épidémie. Aux Etats Unis, certains Etats avait débuté un assouplissement des mesures de lutte contre la contagion, ils ont dû rapidement faire marche arrière.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.