Accéder au contenu principal

Le gouvernement serbe débordé et critiqué face au coronavirus

La situation sanitaire a empiré en Serbie notamment depuis les élections générales maintenues par le gouvernement.
La situation sanitaire a empiré en Serbie notamment depuis les élections générales maintenues par le gouvernement. REUTERS/Marko Djurica/File Photo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Grèce a fermé ce lundi 6 juillet ses frontières aux touristes serbes en raison de la situation épidémiologique dans ce pays qui semble de plus en plus échapper à tout contrôle. Alors que la situation empire, de nombreuses voix s’élèvent pour critiquer la gestion de l’épidémie par le gouvernement de Belgrade.

Publicité

Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

La décision grecque est une sorte d'officialisation de ce que les autorités serbes refusent d'admettre, à savoir que l’épidémie de coronavirus est redevenue très agressive en Serbie. La situation est grave notamment dans la ville de Sabac et dans la région de Novi Pazar, où les hôpitaux sont sans médecins, débordés, et ne peuvent fonctionner qu'avec une aide humanitaire privée. À Novi Pazar, des habitants ont spontanément manifesté contre le gouvernement.

►À lire aussi : Revue de presse des Balkans - L'épidémie de coronavirus hors de contrôle en Serbie ?

La situation est édulcorée par le président Aleksandar Vucic, qui a déclaré que Novi Pazar avait reçu une aide matérielle de l'État, ce qui a aussitôt été démenti par le syndicat national des médecins. Par ailleurs, une polémique enfle, après une enquête journalistique affirmant que le nombre de morts réels en Serbie serait trois fois supérieur au chiffre officiel.

Des élections qui ont empiré la situation

Pour de nombreux observateurs, la situation a empiré alors que la coalition gouvernementale voulait à tout prix organiser des élections générales, qu'elle a remportées fin juin. Depuis, la Serbie semble ne plus pouvoir faire face de façon coordonnée à l'épidémie, et un retour au confinement est envisagé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.