Migrants: la présidence allemande de l'UE se veut prudemment optimiste

Horst Seehofer, ici le 16 janvier 2019 à Berlin.
Horst Seehofer, ici le 16 janvier 2019 à Berlin. REUTERS/Hannibal Hanschke

Quelques jours après le début de la présidence allemande de l’Union européenne, Berlin veut avancer sur la très complexe réforme du droit d’asile. Avant une rencontre informelle et par vidéo avec ses homologues, le ministre de l’Intérieur allemand a déclaré mardi matin : « Il est honteux que nous n’ayons pas trouvé de solution pour la prise en charge des demandeurs d’asile, cinq ans après la crise migratoire ». Une déclaration faite au moment où les 180 migrants du navire humanitaire Ocean Viking ont finalement été autorisés à débarquer en Sicile après neuf jours de blocage. Après sa visio-conférence avec ces homologues Horst Seehofer s’est voulu prudemment optimiste.

Publicité

De notre correspondant à Berlin,

« Presque tous les pays sont prêts à trouver une solution solidaire. J’ai entendu des déclarations des représentants du groupe de Visegrad que je n’avais pas entendus depuis des années ». Horst Seehofer faisait référence aux pays comme la Pologne et la Hongrie qui refusent une répartition des migrants entre les membres de l’Union européenne. A l’automne dernier, seuls quelques pays s’étaient mis d’accord pour accueillir des migrants sauvés en Méditerranée. Ils sont aujourd’hui, d’après Horst Seehofer, douze.

Le ministre veut mettre fin à de laborieuses négociations et trouver une solution globale. Ceux qui ne souhaiteront pas prendre en charge des migrants pourraient participer financièrement ou avec du personnel à une politique d’asile commune.

« Je souhaite que ces demandes d’asile soient traitées aux frontières extérieures de l’Union européenne, que le rapatriement des personnes qui ne peuvent en profiter soit organisé. Mais il faut troisièmement une procédure légale permettant une migration économique vers l’Europe sans recours au droit d’asile », a-t-il déclaré.

La Commission européenne doit présenter en septembre des propositions pour un pacte migratoire attendu depuis longtemps. Horst Seehofer a annoncé qu’il déléguerait des tâches à ses secrétaires d’Etat pour se consacrer aux négociations à l’automne. Objectif : jeter les bases d’un compromis sous présidence allemande avant un accord global l’an prochain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail