Accéder au contenu principal

Russie: le géant minier Nornickel devra payer près de 2 milliards pour une pollution en Arctique

Vue aérienne de la pollution sur la rivière Ambarnaya, en Arctique, le 10 juin 2020.
Vue aérienne de la pollution sur la rivière Ambarnaya, en Arctique, le 10 juin 2020. IRINA YARINSKAYA / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Près de 150 milliards de roubles, un peu moins de 2 milliards d’euros. C’est le montant de la facture présentée à Nornickel par les autorités russes. Le géant minier est accusé d’avoir provoqué une pollution aux hydrocarbures en Arctique. L’amende est sans précédent en Russie dans une affaire environnementale.

Publicité

De notre correspondant à Moscou,  Daniel Vallot

Les images ont fait le tour du monde: une immense marée rouge à la surface de deux cours d’eau situés en Arctique. Imputée à l’un des groupes miniers les plus puissants de Russie, la pollution a provoqué d’énormes dégâts. Pour l’agence russe en charge de la défense de l’environnement, la facture s’élève à près de 150 milliards de roubles soit un peu moins de 2 milliards d’euros.

La somme est sans précédent en Russie dans une affaire de pollution. Et elle est quinze fois plus importante que celle estimée par le groupe minier pour réparer les dégâts. Selon des analystes cités par la presse russe, Nornickel a les reins assez solides pour régler la facture… À condition de verser des dividendes moins importants à ses actionnaires.

Des recours en justice possibles contre ce paiement

Mais il n’est pas certain que le groupe minier finisse par régler la totalité de la somme. Dirigé par Vladimir Potanine, l’homme le plus riche de Russie, Nornickel pourrait essayer de contester la facture devant les tribunaux.

En Russie, il n’est pas rare que les amendes infligées au nom de la protection de l’environnement soient ensuite réduites à néant à l’issue de procédures judiciaires intentées par les pollueurs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.