Accéder au contenu principal

Coronavirus en Serbie: les manifestations continuent contre la gestion de la crise

Les manifestants sont redescendus dans la rue le 8 juillet 2020, devant l'Assemblée naitonale à Belgrade.
Les manifestants sont redescendus dans la rue le 8 juillet 2020, devant l'Assemblée naitonale à Belgrade. ANDREJ ISAKOVIC / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Pour le deuxième soir conscutif, plusieurs milliers de manifestants se sont massés devant le Parlement à Belgrade. Si les premier soir, ils protestaient contre le rétablissement du couvre-feu et la mauvaise gestion de la crise du coronavirus par le président Aleksandar Vucic, la colère se dirige maintenant vers le style autoritaire du président, bien qu'il ait fait marche arrière.

Publicité

Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

À pied, à cheval ou avec des chiens, les petits groupes de manifestants et la police ont joué au chat et à la souris une bonne partie de la soirée. Les premiers jettent des pierres et des pétards. Les seconds répliquent par des lacrymogènes. « On était à 100 mètres de la police, explique un manifestant de 17 ans. Et on a reçu des lacrymogènes. Ce n'est pas notre police, c'est celle du parti. »

Pour une manifestante dans les premiers rangs, « les manifestants ont commencé a jeter des bouteilles et des cailloux, puis il y a eu les lacrymogènes et tout le monde s'est mis a courir partout. Et là, il y a eu des lacrymogènes partout. »

Deux dirigeants de l'opposition blessés

La protestation avait pourtant commencé sans incident. Les manifestants en veulent au président Vucic pour sa mauvaise gestion de la crise du Covid-19 certes, mais le mal est plus profond.

« Je n'avais pas manifesté dans la rue depuis Milosevic, en 1997, nous explique la manifestante. Là, il est vraiment temps d'agir. »

Plusieurs personnes sont blessées, dont au moins deux dirigeants de l’opposition. La colère n'a pas éclaté seulement à Belgrade. A Nis, Novi Sad et Kragujevac, on a manifesté aussi.

Le ministre de l'Intérieur a comparé les manifestants à des hooligans, alors que pour le Premier ministre, le pays n'a jamais été aussi stable. Entre les manifestants et le pouvoir, le divorce est total.

À lire aussi : À la Une: l'épidémie de coronavirus hors de contrôle en Serbie?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.