Accéder au contenu principal
Revue de presse des Balkans

À la Une: en Bulgarie, scandales et manifestations font vaciller le régime Borissov

Plus de 18000 Bulgares ont manifesté pour le huitième jour à Sofia, le 16 juillet 2020, réclamant la démission du gouvernement qu'ils accusent de corruption et de liens oligarchiques.
Plus de 18000 Bulgares ont manifesté pour le huitième jour à Sofia, le 16 juillet 2020, réclamant la démission du gouvernement qu'ils accusent de corruption et de liens oligarchiques. REUTERS/Stoyan Nenov

Une revue de presse présentée en partenariat avec le Courrier des Balkans.

Publicité

Depuis plus d'une semaine, la Bulgarie est le théâtre d'importantes manifestations quotidiennes contre le Premier ministre conservateur Boïko Borissov, empêtré dans une série de scandales de corruption et accusé de soutenir l'élite oligarchique qui tient le pays. Le président a pris le parti de la rue, le parquet général celui du chef du gouvernement. Jeudi soir, ils étaient encore près de 20 000 dans les rues de la capitale Sofia après quelques concessions jugées insuffisantes.

À l'ouest de la Bulgarie, la situation est beaucoup plus calme en Macédoine du Nord, où c'est surtout le très fort rebond de l'épidémie de Covid-19 qui inquiète la population. Une crise sanitaire qui n'a pas empêché la tenue, cette semaine, des législatives anticipées prévues initialement pour le 12 avril. Afin de limiter les risques de contamination, les autorités de Skopje avaient réparti le vote sur trois jours, les deux premiers étant réservés aux malades et aux personnes fragiles. Ce sont les sociaux-démocrates qui en sont sortis vainqueurs d'une courte tête, devant les nationalistes-conservateurs. Reste maintenant à trouver une alliance avec les partis de la minorité albanaise.

En Croatie, Možemo, la petite formation citoyenne de gauche verte qui a créé la surprise lors des législatives du 5 juillet, se prépare à faire une entrée offensive au Parlement. Avec un objectif clair : défendre les droits des travailleurs, des femmes et des minorités et « faire entrer la Croatie dans le XXIe siècle ». La mission promet néanmoins d'être compliquée face au puissant camp clérico-conservateur qui domine la vie politique.

Le Kosovo s'inquiète lui aussi de l'explosion du nombre de cas de Covid-19. Ces deux dernières semaines, le nombre de personnes contaminées a été multiplié par deux et les décès sont de plus en plus nombreux. Une situation inquiétante, d'autant que les soignants sont déjà sur les rotules après quatre mois d'épidémie. Le microbiologiste Lul Raka appelle à la responsabilité de chacun alors que des rumeurs insistantes affirment ici que le virus ne serait qu'une rumeur.

Mais l'actualité kosovare a aussi été dominée par un autre sujet : l'audition à La Haye, durant quatre jours, du président Hashim Thaçi, récemment mis en accusation pour crimes de guerres et crimes contre l'humanité durant le conflit de 1998-99 quand il était l'un des commandants de l'UÇK. Le chef de l'État est finalement ressorti libre jeudi soir. Son ombre a pesé sur la reprise du dialogue entre Pristina et Belgrade à Bruxelles, sous l'égide de l'Union européenne, après 20 mois d'interruption. Les discussions ont été « difficiles », de l'aveu même des deux parties, qui ont néanmoins convenu de se revoir dès la semaine prochaine. Avec l'objectif toujours affiché de parvenir à un accord au plus vite.

Après les grandes manifestations de la semaine dernière, la mobilisation a fini par retomber en Serbie. À peine quelques dizaines de personnes ont continué de protester devant le Parlement. Un collectif d'ONG a saisi les Nations unies pour qu'une enquête soit diligentée concernant les violences commises par les forces de l'ordre. Pourtant, la décision du gouvernement d'offrir 10 millions d'euros pour les travaux de la basilique orthodoxe Saint-Sava plutôt que de soutenir les hôpitaux débordés par l'afflux de patients atteints de Covid-19 a suscité une vive polémique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.