Accéder au contenu principal

Russie: nouvelle manifestation contre l'arrestation d'un gouverneur en Extrême-Orient

Plusieurs milliers de personnes ont défilé ce samedi 18 juillet dans le centre de Khabarovsk, en brandissant des pancartes «Liberté pour Fourgal !»
Plusieurs milliers de personnes ont défilé ce samedi 18 juillet dans le centre de Khabarovsk, en brandissant des pancartes «Liberté pour Fourgal !» ALEKSANDR YANYSHEV / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Une nouvelle manifestation contre l'arrestation d'un gouverneur régional russe, accusé de meurtres, a réuni ce samedi 18 juillet des milliers de personnes à Khabarovsk, en Extrême-Orient, après plusieurs jours de protestations.

Publicité

Sergueï Fourgal, gouverneur de la région de Khabarovsk, a été arrêté le 9 juillet dernier pour des accusations de meurtres remontant à plus de 15 ans, qu'il rejette. Son arrestation a provoqué d'importantes manifestations à Khabarovsk, une ville de 600 000 habitants, située à 6 100 km à l'est de Moscou.

Ce samedi, plusieurs milliers de personnes, parmi lesquelles des jeunes, des personnes âgées ou encore des femmes avec enfants en poussette, ont défilé dans le centre de Khabarovsk, en brandissant des pancartes « Liberté pour Fourgal ! ».

L'accès à un procès équitable

Au total, entre 15 000 et 30 000 personnes auraient participé à ce défilé, organisé alors que les températures ont dépassé les 30°C. Plusieurs voitures passant à côté du défilé ont klaxonné en soutien des manifestants qui scandaient : « Tant que nous sommes unis, nous sommes invincibles ! » Les manifestants qui ont réclamé un « procès équitable » pour leur gouverneur à Khabarovsk, et non pas à Moscou où Sergueï Fourgal a été placé en détention provisoire.

« C'est notre gouverneur ! Et nous le défendrons ! », ont-ils scandé. « Je suis sûre que personne ne sera meilleur que lui pour la région », a lancé une retraitée. Un autre participant explique qu’ils n’arrêteront pas de protester jusqu'à ce que leur gouverneur soit de retour.

Neutraliser un adversaire politique

Comme les rassemblements précédents, ce défilé n'a pas reçu l'aval des autorités, mais il n'a pas été dispersé par la police, présente sur les lieux, sans intervenir. Le 11 juillet dernier, le mouvement de protestation avait déjà rassemblé des dizaines de milliers de personnes à Khabarovsk, selon les partisans de Sergueï Fourgal qui voient dans son arrestation une tentative de neutraliser un adversaire du parti au pouvoir Russie Unie.

Ancien médecin, homme d'affaires et député du parti nationaliste LDPR au Parlement russe, Sergueï Fourgal, 50 ans, a été élu à la surprise générale en 2018 gouverneur de la région de Khabarovsk avec près de 70 % des voix, évinçant le candidat de Russie Unie.

Après sonarrestation, très médiatisée, son parti, LDPR, a menacé de quitter le Parlement et de faire démissionner d'autres gouverneurs élus sous son étiquette. Ce parti soutient cependant le président Vladimir Poutine sur la plupart des sujets, notamment les récentes révisions constitutionnelles lui ayant permis de renforcer son pouvoir.

Le gouverneur, impliqué dans plusieurs assassinats

Selon la version des enquêteurs, Sergueï Fourgal a organisé en 2004 et 2005 l'assassinat de plusieurs hommes d'affaires et a été dénoncé par des « complices » de l'époque. Le puissant Comité d'enquête russe a assuré jeudi 16 juillet avoir des « preuves irréfutables » de l'implication du gouverneur.

Les manifestations d'ampleur sont rares dans les régions russes. À Moscou, plusieurs mouvements d'opposition ont réuni des foules importantes par le passé, des rassemblements souvent réprimés par la police. Le week-end dernier, le gouvernement avait envoyé un émissaire dans l'espoir d'apaiser la situation à Khabarovsk.

Au-delà de l’affaire judiciaire, le mouvement de protestation exprime le rejet de l’hypercentralisation politique, rapporte notre correspondant à Moscou, Etienne Bouche. Le journal Vedomosti y voit un cercle vicieux : « La peur du séparatisme entraine un renforcement du contrôle, et ce contrôle accru engendre des protestations ». Un rassemblement de solidarité s’est également tenu à Vladivostok, l’autre grande ville de l’Extrême-Orient.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.