Accéder au contenu principal

Tensions avec la Turquie: Athènes déploie ses navires militaires en mer Égée

Le navire de guerre grec Aegean, le 17 février 2007 au large du Liban.
Le navire de guerre grec Aegean, le 17 février 2007 au large du Liban. Alex Mita/AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Athènes a déployé plusieurs navires militaires mardi 21 juillet dans le sud et le sud-est de la mer Égée et a engagé des « préparatifs renforcés », selon l’expression d’une source de la marine. La Grèce dénonce les manœuvres d’Ankara, qui vient de déployer un bateau de recherches d’hydrocarbures près de l’île grecque de Kastellorizo. Une provocation de plus, estiment les autorités à Athènes.

Publicité

Ankara avait annoncé mardi 21 juillet le déploiement de son vaisseau Oruç Reis près de Kastellorizo, une petite île montagneuse grecque de moins de 10 km², à seulement deux kilomètres au sud des côtes turques. Et le navire d'exploration est parti en mer escorté par de nombreux bâtiments militaires. Athènes a immédiatement protesté et déployé à son tour des navires militaires dans la zone. Un officier de la marine grecque a déclaré à l’AFP ce mercredi que des unités ont été déployées « dans le sud et le sud-est de la mer Égée » et que celles-ci sont « prêtes à répondre à toute activité ».

Ces nouvelles recherches d'hydrocarbures vont conduire à une « escalade de la tension dans (notre) région », avait averti dès mardi Nikos Dendias, le ministre grec des Affaires étrangères. La Grèce considère en effet que les Turcs interviennent sur une partie de son plateau maritime, ce que la Turquie conteste.

Entre les deux pays, la présence potentielle d’hydrocarbures dans l’est de la Méditerranée est un problème récurrent, explique notre correspondant à Athènes, Joël Bronner. Des gisements de gaz ou de pétrole sont – ou seraient – situés dans des zones actuellement considérées comme grecques, voire chypriotes. Pour légitimer ses prétentions en Méditerranée, Ankara s’appuie à la fois sur les Chypriotes turcs – non reconnus par la communauté internationale – et sur la Lybie, avec laquelle un accord controversé de frontières maritimes a été signé fin 2019. 

L’Europe appelle la Turquie à cesser ces forages jugés illégaux

Ces dernières années, les relations historiquement conflictuelles des deux voisins n'ont fait que se dégrader, avec le début des forages, mais aussi avec la question migratoire, et l'an dernier la signature d'un accord entre la Turquie et la Libye sur un partage des zones économiques maritimes. 

Mardi, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, en visite à Athènes, a appelé au respect du droit international et a dit espérer que ces forages jugés illégaux par l'Union européenne s’arrêtent. Bruxelles a d'ailleurs également réagi et appelé la Turquie à des négociations « de bonne foi » sur les délimitations territoriales.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.