Accéder au contenu principal

Coronavirus: pas de masque dans un lieu clos? Ce sera 1000 euros d'amende à Naples

Vue du quartier historique de Naples.
Vue du quartier historique de Naples. REUTERS/Ciro De Luca
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Italie, le président de la région de la Naples vient de durcir les mesures anti-Covid-19. Jusqu’à nouvel ordre, quiconque ne portera pas le masque obligatoire dans un espace clos ouvert au public sera passible d’une amende de 1000 euros.

Publicité

Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

Connu pour son tempérament volcanique, Vincenzo De Luca, membre du Parti démocrate, élu président de la Campanie en 2015, ne badine pas avec les indisciplinés. À Salerne, ville proche de la côte amalfitaine et de Naples, trois commerçants, dont le propriétaire d’un bar et un coiffeur, qui ne portaient pas de masque, ont déjà été sanctionnées d’une amende de 1 000 euros.

Vincenzo De Luca défend sa mesure-choc en pointant du doigt le relâchement de ses concitoyens. « Nous ne pouvons cohabiter avec le virus qu’à une condition : en respectant toutes les règles et en adoptant des comportements rigoureux », a-t-il déclaré. Sa mesure s'applique à quiconque ne portera pas de masque dans un lieu clos, qu'il s'agisse d'édifices publics, de supermarchés, de bars, de restaurants, de commerces ainsi que les transports publics, les bus, les trains ou les métros.

Lourd tribut payé à l'épidémie

Selon l'ordonnance, les opérateurs de transport sont tenus de refuser l'accès aux passagers qui ne portent pas le masque. S'ils sont à bord, ces derniers doivent être sanctionnés et invités à débarquer immédiatement ou dès que possible et s'ils refusent, le bus ou le train sera bloqué et l'intervention des forces de l'ordre sera demandée. Si l'infraction est commise dans l'exercice d'une activité commerciale par un commerçant ou un de ses employés, le commerce s'expose, outre l'amende de 1 000 euros, à une fermeture de l'activité de 5 à 30 jours, peine qui pourra être doublée en cas de récidive.

Pour le moment, la région de Naples est sous contrôle. Mais depuis ces derniers jours, elle a cependant enregistré une hausse des contaminations, notamment dans des stations balnéaires. Premier pays touché en Europe, l'Italie a payé un lourd tribut à l'épidémie, avec plus de 35 000 morts et plus de 242 000 cas de contamination. La maladie semble aujourd'hui maîtrisée, même si 275 nouveaux cas en 24 heures ont été annoncés samedi 25 juillet, ainsi que 5 décès.

► À lire aussi : En Italie, pays ravagé par le coronavirus, un déconfinement progressif

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.