La Lituanie et la Lettonie interdisent la diffusion de RT et d’autres médias russes

Le président lituanien Gitanas Nausèda arrive pour une réunion avec des responsables de l'Union européenne à Bruxelles, le 17 juillet 2020.
Le président lituanien Gitanas Nausèda arrive pour une réunion avec des responsables de l'Union européenne à Bruxelles, le 17 juillet 2020. Francisco Seco/Pool via REUTERS
Texte par : Marielle Vitureau
3 mn

La Lituanie et la Lettonie ont interdit la diffusion de certaines chaînes russes de télévision, dont celles du groupe Russia Today, connu pour ses visions pro-Kremlin. Si ce n’est pas la première fois que des médias russes sont interdits dans la région, les pays baltes, inquiets, ont pris la décision début juillet sous fond de posture agressive et révisionniste de la Russie.

Publicité

De notre correspondante à Vilnius,

En Lettonie et en Lituanie, sept chaînes du groupe RT ont été interdites début juillet. Ce média d’État russe vise les téléspectateurs extérieurs à la Russie et compte dans son comité de direction Dimitri Kiseliov, entre autres. Ce proche du président Vladimir Poutine s’était notamment chargé d’organiser la propagande pro-russe en Crimée lors de son annexion en 2014 et figure pour cette raison sur la liste des personnes touchées par les sanctions de l’Union européenne (UE).

Pour les pays baltes, être sur cette liste est une raison suffisante pour interdire certaines chaînes du groupe qu’il dirige. Début 2020, la Lettonie, Lituanie et l’Estonie ont demandé un avis à la Commission européenne, qui a confirmé que les sociétés dirigées par les personnes sanctionnées peuvent être susceptibles d’en subir les conséquences, ont rapporté les médias lituaniens.

Moscou proteste, mais également RSF

Sans surprise, la Russie a protesté. Mais aussi l’ONG Reporters sans frontières, qui affirme que les Lettons et les Lituaniens se sont trompés de cible et qu’« une telle décision dépasse le cadre des sanctions prises contre Dimitri Kiseliov ».

La Lettonie, qui a interdit 16 chaînes en tout, a été la première à interdire RT elle-même : en le faisant elle a lancé un appel à suivre au reste de l’UE. Aujourd’hui, comme le rapporte le média public letton, certaines personnalités demandent à la Lettonie d’expliquer plus clairement les raisons de cette interdiction. Au vu des critiques de certaines organisations, peu comprennent l’ampleur des campagnes de désinformation lancées par la Russie.

La Russie accusée de désinformation et de réécrire l’histoire

La question est sensible dans la région balte, étant donné le contexte. Outre des campagnes de désinformation, la Russie cherche à réécrire l’histoire. La Russie a récemment adopté des amendements à la Constitution pour protéger « la vérité historique ». La Douma russe cherche aussi à réhabiliter le traité de non-agression Ribbentrop-Molotov, signé par l’Allemagne nazie et l’Union soviétique en 1939 et qui officialise le passage des trois États baltes sous la domination soviétique.

Cette tendance préoccupe les pays concernés. Devant ses homologues européens à Bruxelles, le président lituanien Gitanas Nausėda s’est inquiété des conséquences que cela pourrait avoir à sur l’indépendance des pays baltes. Que pourrait-il se passer si l’occupation est remise en question ? Pour les Baltes, une manière de lutter est donc d’interdire ces chaînes de télévision diffusant ce message sur le câble et internet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail