Accéder au contenu principal

Les couples binationaux séparés par le Covid-19 attendent désespérément de se retrouver

Deux voyageurs se retrouvent et se serrent dans leurs bras à l'aéroport Fiumicino de Rome le 3 juin 2020 (image d'illustration).
Deux voyageurs se retrouvent et se serrent dans leurs bras à l'aéroport Fiumicino de Rome le 3 juin 2020 (image d'illustration). Filippo MONTEFORTE / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Si l’Union européenne a rouvert ses frontières à une quinzaine de pays extra-européens le 1er juillet, elle reste fermée, entre autres, aux Américains et aux Russes. Pour les couples non-mariés, vivant entre deux pays, l’attente se poursuit. Des centaines d’entre eux sont contraints de vivre séparés depuis des mois, faute de statut reconnu par la loi française.

Publicité

Thomas Achard, 28 ans, passe ses vacances dans le sud de la France. Des congés au goût amer car cet été, il aurait dû rejoindre sa fiancée Sofia en Russie, mais les frontières sont fermées dans les deux sens pour les couples non-mariés. En dépit d'une directive européenne, la France ne reconnait pas le statut des couples qui ne sont pas passés devant le maire.

« La dernière fois que l'on s'est retrouvé c'était le 27 février 2020, on avait fait un voyage aux Maldives et j'avais fait ma demande en mariage là-bas. Puis, on est rentrés en France et elle a du repartir en Russie pour le travail et depuis on ne s'est pas vu, explique le jeune homme. On a l'impression d'être encore en quarantaine en fait chacun de notre côté. La vie a repris pour les autres personnes et nous on est toujours dans l'attente de reprendre une vie normale et de retrouver la personne qu'on aime ».

Entre deux séances dans l’hémicycle, la députée des Français établis hors de France, Anne Genetet tente de plaider la cause de ces couples binationaux. Elle a créé une plateforme pour les recenser : plus de 700 personnes s’y sont inscrites et chaque jour, elle reçoit entre quatre et cinq appels de personnes dans ce cas.

Une délégation va être reçue au Quai d'Orsay

« Je ne comprends pas la logique, c'est profondément inhumain, c'est injuste de ne pas prendre en compte ces situation personnelles, déplore la députée. J'ai rencontré lundi soir le ministre de la santé à qui j'ai présenté cette situation et il m'a dit "écoutez, quelques centaines de personnes, mais bien sûr que je suis favorable à ce qu'il viennent en France, je vais en parler à mes collègues". J'espère que cette réaction à chaud du ministre de la Santé sera entendue et suivie par ses collègues des ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères ».

Après une manifestation samedi dernier devant le Quai d'Orsay, une délégation représentant ces couples séparés doit être reçue demain au ministère des Affaires étrangères.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.