Accéder au contenu principal

Coronavirus: face à la hausse des cas, le Royaume-Uni repousse son déconfinement

Des passants masqués admirent la plage anglaise de Bournemouth, bondée de baigneurs, le 31 juillet 2020.
Des passants masqués admirent la plage anglaise de Bournemouth, bondée de baigneurs, le 31 juillet 2020. REUTERS/Toby Melville
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alors qu’une nouvelle étape du déconfinement devait débuter au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé son report le 31 juillet et imposé de nouvelles restrictions pour répondre à la hausse récente du nombre de cas de coronavirus dans le pays, qui reste le plus endeuillé d’Europe avec près de 46 000 morts. Le nombre de décès et d’admissions en réanimation ne cesse de baisser mais les contaminations repartent de plus belle.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Élodie Goulesque

Elle n’aura même pas eu le temps d’être appliquée que la levée des restrictions annoncée par le Premier ministre Boris Johnson, il y a quelques semaines, est déjà annulée. À partir de samedi 1er août, les lieux de divertissement clos comme les théâtres ou casino, censés rouvrir, resteront finalement portes closes. Les cérémonies de mariage restent autorisées mais les réceptions, qui pouvaient aller jusqu’à 30 personnes, devront être annulées et ce jusqu’au 15 août.

« Hands, face, space »

« Il était nécessaire d’appuyer sur la pédale de frein », a déclaré Boris Johnson lors d’une conférence de presse vendredi 31 juillet. Au Royaume-Uni comme ailleurs en Europe, le nombre de malades du coronavirus augmente. Cette semaine, l’Angleterre a vu son plus haut nombre de cas de Covid-19 depuis un mois.

Désormais, place à de nouvelles restrictions et un nouveau slogan : « Hands, face, space » (soit « mains, visage, distance ») pour limiter les risques de contamination.

Ces annonces tombent au moment où le Royaume-Uni impose de nouvelles mesures de quarantaine aux voyageurs venant d’Espagne et du Luxembourg, seulement trois semaines après les avoir levées. D’autres pays comme la Belgique ou la Croatie pourrait être ajoutés à la liste.

À lire aussi : Royaume-Uni: bilan en demi-teinte pour Boris Johnson, un an après son arrivée

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.