Accéder au contenu principal

Italie: l’inauguration du nouveau pont de Gênes se fera sans les familles des victimes

Une passante regarde, le pont San Giorgio, le nouveau pont de Gênes qui remplace celui qui s'est effondré le 14 août 2018 tuant 43 personnes, peu avant son inauguration le 3 août 2020.
Une passante regarde, le pont San Giorgio, le nouveau pont de Gênes qui remplace celui qui s'est effondré le 14 août 2018 tuant 43 personnes, peu avant son inauguration le 3 août 2020. REUTERS/Flavio Lo Scalzo
5 mn

Presque deux ans jour pour jour après son effondrement, l’Italie inaugure lundi 3 août le nouveau pont de Gênes, dessiné par Renzo Piano et baptisé San Giorgio. Cela en présence du président du conseil Giuseppe Conte Sergio Matarella, qui sera le premier à traverser l’ouvrage reliant le nord du pays à la France et à l’Europe. Alors que le gouvernement parle de « renaissance de l’Italie », les familles des 43 personnes décédées le 14 août 2018 ont préféré s’absenter, jugeant les cérémonies déplacées.

Publicité

De notre correspondante à Rome,

L’ouverture du nouveau pont, baptisé San Giorgio, du nom du saint patron de la ville, sera une cérémonie sobre pour respecter la douleur des 43 familles des victimes. On entendra l'hymne national, puis une chanson qui rappelle l'orgueil de la ville portuaire, Crêuza de mä, de l'auteur-compositeur génois Fabrizio De Andre, avec une la lecture des 43 noms des personnes décédés le 14 août 2018 ensuite, dans un décor aux couleurs du drapeau italien. Toutefois, la cérémonie risque d'être ternie par la météo, qui s'annonce pluvieuse, et surtout les familles des victimes seront absentes. Elles veulent attendre la date anniversaire pour se réunir et refusent d’y assister aussi parce qu'elles estiment que la tragédie aurait pu être évitée.

Les enquêtes sont toujours en cours, mais les rapports des experts pointent du doigt surtout la société Autostrade per l'Italia, gestionnaire du viaduc et dont l'actionnaire principal est la famille Benetton. Ils mettent en évidence de graves manquements dans l'entretien de l’ancien Pont Morandi, du nom de l'ingénieur qui l'avait conçu dans les années 1960. Par la suite de ce drame, sur pression du gouvernement finalement la famille Benetton a accepté de quitter les autoroutes italiennes.

Une construction en temps record et un budget respecté

L’Italie veut regarder le verre à moitié plein avec cette construction en temps record, ce qui était une promesse du gouvernement. Pour éviter les lourdeurs bureautiques, à l'origine de chantiers interminables, Rome a nommé le maire de Gênes Marco Bucci commissaire extraordinaire à la reconstruction.

De son côté, l'architecte génois Renzo Piano a dessiné rapidement et gratuitement le projet du nouveau pont long de 1 063 mètres, en forme vaisseau surmonté de 43 pylônes lumineux. Pour sa réalisation, il a créé un consortium constitué des entreprises Fincantieri et Webuild qui a mobilisé 1 200 personnes jour et nuit.

Le budget prévu a été globalement respecté : 19 millions d'euros pour la démolition de l'ancien viaduc, terminée en juin 2019, et 220 millions pour la construction achevée le 20 juillet dernier. Des sommes qui ont été à charge d’Autostrade per l'Italia, également exclue des travaux.

Tout a été mené en suivant des règles bien définies, comme on sait faire à Gênes. Mais pour Marco Bucci, le « modèle Genova » doit être appliqué à d'autres projets pour relancer le pays. Un point de vue partagé par Giuseppe Conte, qui a écrit sur sa page Facebook : « Je serai à Gênes pour l'inauguration du pont, symbole d'une Italie qui se redresse ».

Un soulagement pour l’économie de l’Italie et de Gênes, séparée en deux depuis 2018

Pour Gênes, qui était séparée en deux depuis le 14 août 2018, le nouveau pont San Giorgio qui sera ouvert à la circulation le 5 août représente aussi un soulagement pour son économie et celle de l'Italie.

Ce pont autoroutier relie les deux versants du port de Gênes et l'Italie au nord de l'Europe. Jusqu'en août 2018, 70 millions de tonnes de marchandises et 1,3 million de croisiéristes transitaient chaque année par cette ville, qui a fait du commerce sa principale richesse.

L'effondrement du Pont Morandi a donc porté un coup très dur à l'économie génoise. Selon le maire et commissaire extraordinaire à la reconstruction Marco Bucci, en l'espace de 20 mois, 134 entreprises ont dû suspendre leurs activités, notamment dans le secteur de la logistique.

Le président du Conseil Giuseppe Conte a parlé de la « renaissance de l'Italie ». À la fois parce que l'ouvrage a été effectué en un temps record et parce que le pont San Giorgio va permettre de relancer le plus grand port industriel et commercial du pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.