Accéder au contenu principal
REPORTAGE

En Catalogne, les employés du tourisme dépendent des repas solidaires pour survivre

La plage de Barceloneta, habituellement bondée à cette période de l'année, après de nouvelles restrictions locales pour lutter contre la pandémie de Covid-19, à Barcelone le 2 août 2020 (image d'illustration).
La plage de Barceloneta, habituellement bondée à cette période de l'année, après de nouvelles restrictions locales pour lutter contre la pandémie de Covid-19, à Barcelone le 2 août 2020 (image d'illustration). REUTERS/Nacho Doce
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Alors que l’Espagne connaît une recrudescence de contaminations au Covid-19, l’économie et les travailleurs subissent déjà de plein fouet les conséquences de la disparition des touristes. Leur nombre a chuté de 98% en juin, par rapport au même mois en 2019, selon les chiffres de l’Institut national des statistiques publiés lundi 3 août. À Reus, ville de 100 000 habitants dans l'arrière-pays de Tarragone, comme ailleurs sur la Costa Daurada catalane, la cantine solidaire en dit long : le nombre de repas servis a doublé.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Reus, Juliette Gheerbrant

Dans cette cantine solidaire, Costell Suvaco a épuisé son chômage partiel il y a trois mois et ça n'a pas été facile pour lui de franchir la porte du réfectoire : « Je suis maçon, et là je n’ai pas de travail. Le chef qui me donnait du travail, il n’en a plus maintenant. J’ai fait des boulots au noir c’est tout, pour payer le loyer. Sans contrat, c’est moins bien payé : 30 euros. Huit heures, 30 euros. Au revoir, à demain ! »

Près de là, Javier raconte son histoire. « Ma femme est morte, et comme je ne pouvais plus payer le loyer, l’eau l’électricité tout seul, je suis à la rue depuis deux ans », explique le retraité.

Le réfectoire est géré par Caritas pour la municipalité de Reus, Rosa Montero s'en occupe depuis son ouverture en 2009. « Avant le début de la crise, on servait à table, entre 50 et 60 personnes par jour, dit-elle. Avec l’état d’urgence sanitaire on a distribué jusqu’à 115 repas à emporter et aujourd’hui, on est encore à une centaine. »

Les services sociaux voient aussi arriver les petites mains d’une industrie touristique en chute libre. « Il y a une augmentation des demandes de la part de gens qui vivaient du tourisme, ou faisaient des heures dans des hôtels et des restaurants : cette année ils ont beaucoup, beaucoup moins de travail », ajoute-t-elle.

La municipalité s'attend à ce que la crise sociale soit encore plus grave que celle de 2010.

À lire aussi : En Espagne, l’absence de touristes pèse sur la population de la Catalogne

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.