Accéder au contenu principal

«Dieselgate»: quatre anciens cadres d’Audi renvoyés devant la justice

Fin septembre, un procès spectaculaire débutera contre l’ancien PDG d’Audi, Rupert Stadler, qui sera jugé pour fraude aux côtés de trois autres responsables. Il s’agira du premier procès d’un haut responsable, et il doit durer jusqu’à fin 2022.
Fin septembre, un procès spectaculaire débutera contre l’ancien PDG d’Audi, Rupert Stadler, qui sera jugé pour fraude aux côtés de trois autres responsables. Il s’agira du premier procès d’un haut responsable, et il doit durer jusqu’à fin 2022. phys.org/news
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Près de cinq ans après le début du scandale, le feuilleton judiciaire du « Dieselgate » en Allemagne continue. L’affaire ne se limite pas à la marque Volkswagen elle-même, mais touche aussi la filiale Audi. 

Publicité

Trois anciens membres du directoire d’Audi et un ancien haut responsable sont accusés par le parquet de Munich d’avoir eu connaissance des manipulations de moteurs, et d’avoir tout fait pour que les véhicules concernés puissent continuer à être vendus. Ils ont été renvoyés, ce jeudi matin, devant la justice pénale.

Ces quatre personnes n’ont pas été nommées, mais il s’agirait notamment, d’après le quotidien économique Handelsblatt, de deux anciens directeurs de la recherche et d’un ancien directeur des achats.

Audi a annoncé vouloir coopérer avec la justice. Le constructeur automobile estime « être devenu une autre entreprise » depuis les révélations sur le « Dieselgate ». Pour autant, la société se passerait sans doute de ces soubresauts judiciaires nuisibles pour son image. 

Par ailleurs, fin septembre, un procès spectaculaire débutera contre l’ancien PDG d’Audi, Rupert Stadler, qui sera jugé pour fraude aux côtés de trois autres responsables. Il s’agira du premier procès d’un haut responsable, et il doit durer jusqu’à fin 2022. L’ancien PDG du groupe Volkswagen, Martin Winterkorn, doit aussi être jugé. Son successeur Herbert Diess a échappé à des poursuites pour manipulation des marchés financiers grâce à une transaction financière de neuf millions d’euros avec la justice.

Le groupe a accepté en avril de débourser 750 millions d’euros pour indemniser des particuliers. Une somme modeste comparée aux 30 milliards au total dont une grande partie a été déboursée aux États-Unis

À lire: Le logiciel trompeur de Volkswagen

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.