Accéder au contenu principal

Biélorussie: mobilisation de l'opposition en berne

Les forces de l'ordre biélorusses interviennent lors d'une manifestation à Minsk, le 10 août 2020, contre la réelection d'Alexandre Loukachenko au poste de président.
Les forces de l'ordre biélorusses interviennent lors d'une manifestation à Minsk, le 10 août 2020, contre la réelection d'Alexandre Loukachenko au poste de président. Vasily Fedosenko/Reuters
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Mobilisation en berne à Minsk lundi 10 août, après la nuit de manifestations violentes qui a suivi la réélection très contestée d’Alexandre Loukachenko, au pouvoir en Biélorussie depuis 1994. Les partisans de l’opposition se sont de nouveau mobilisés dans la soirée, mais ils étaient moins nombreux que la veille. Un manifestant est mort ce lundi soir, tué par l'engin explosif qu'il s'apprêtait à lancer sur les forces de l'ordre, et qui a explosé dans ses mains, selon la police. 

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Minsk, Daniel Vallot

Le dispositif policiers impressionant déployé dans la soirée de ce lundi 10 août dans la capitale Minsk a-t-il découragé les partisans de l’opposition ? Ils étaient en tout cas nettement moins nombreux à battre le pavé que la veille. Les mêmes slogans, la même colère, mais peut-être déjà une pointe de découragement face au résultat confirmé ce lundi : plus de 80% des voix pour le président sortant Alexandre Loukachenko, et à peine 10% pour l’opposition.

► À lire aussi : Présidentielle en Biélorussie: concert de critiques en Europe après la victoire de Loukachenko

Svetlana Tikhanovskaya a déposé son recours mais n'a pas manifesté

Le découragement est peut-être aussi lié aux violences qui ont émaillé les manifestations de dimanche, et aux très nombreuses arrestations : plus de 3 000 manifestants ont été appréhendés, selon le ministère de l’Intérieur. Les autorités biélorusses ne veulent laisser aucune chance à l'opposition, ni dans les urnes, ni dans la rue.

Svetlana Tikhanovskaya, la dirigeante de l’opposition, a quant à elle déposé un recours pour contester formellement le résultat du vote. Mais elle a renoncé à participer aux manifestations, pour éviter d’être à son tour arrêtée. Elle a même quitté son pays pour se rendre en Lituanie, où elle est en sûreté, a annoncé ce mardi le ministre lituanien des Affaires étrangères, Linas Linkevicius.

Reportage à Minsk

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.