Accéder au contenu principal

Tensions en Méditerranée: Ankara annonce l'extension de ses recherches de gisements gaziers

Le navire de forage turc «Yavuz», ici au port de Divolasi, près d'Istanbul, le 20 juin 2019.
Le navire de forage turc «Yavuz», ici au port de Divolasi, près d'Istanbul, le 20 juin 2019. Bulent Kilic/AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La Turquie a annoncé, dimanche 16 août, qu'elle allait prolonger ses recherches de gisements gaziers dans une zone maritime disputée, faisant fi des appels de l'Union européenne à la désescalade. Ankara et Athènes mènent depuis des mois un bras de fer sur l’exploitation des hydrocarbures découverts dans cette zone.

Publicité

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Les navires de forage turcs – et les navires de guerre qui les escortent – ne quitteront pas l’est de la Méditerranée tant qu’un accord diplomatique n’aura pas été trouvé : c’est le message qu’Ankara envoie à la Grèce et à l’Union européenne avec cette nouvelle notice maritime. Elle les informe que le Yavuz, déployé au large de Chypre depuis plusieurs mois, mènera des recherches d’hydrocarbures au sud-ouest de l'île entre le 18 août et le 15 septembre.

► À lire aussi : Recep Tayyip Erdogan, le chantage aux portes de l'Europe

Erdogan ne compte pas reculer « devant les menaces et les sanctions »

La Turquie élargit donc sa zone de prospection, alors qu’au moins deux autres de ses navires – l’Oruç Reis et le Barbaros Hayrettin Pasa – sondent aussi en ce moment les fonds marins de la Méditerranée orientale à la recherche de gaz naturel, dans des zones revendiquées par la Grèce.

La dernière notification de la marine turque est assortie d’une mise en garde – « Nous déconseillons fermement de se rendre dans la zone de recherche » – qui ravive les craintes que cette démonstration de force ne dégénère en accrochage gréco-turc. La veille, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait appelé au dialogue, tout en prévenant que son pays ne reculerait pas « devant les menaces et les sanctions ». Des sanctions que l’Union européenne pourrait bientôt imposer à la Turquie si elle poursuit ces forages jugés « illégaux ».

L'UE appelle Ankara à cesser «immédiatement» ses recherches de gaz

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell a appelé dimanche Ankara à cesser « immédiatement » ses recherches de gisements gaziers en Méditerranée. L'annonce d'Ankara accroît « regrettablement les tensions et l'insécurité », souligne Josep Borrell dans un communiqué publié par ses services.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.