Coronavirus: Ryanair contraint de baisser son trafic à la rentrée

Un avion de Ryanair décollant de l'aéroport de Manchester, le 21 juin 2020
Un avion de Ryanair décollant de l'aéroport de Manchester, le 21 juin 2020 Phil Noble/Reuters

Pas épargnée par la crise du transport aérien, la compagnie irlandaise à bas coût Ryanair va supprimer 20% de ses vols en septembre et octobre. En cause : la recrudescence des nouveaux cas de coronavirus en Europe et, avec elle, le retour des restrictions de circulation qui dissuadent les potentiels clients. Les réservations sont moins nombreuses que prévues à l'automne. La compagnie va donc réduire les fréquences de ses vols.

Publicité

Après des pertes record entre avril et juin, la compagnie irlandaise à bas coûts Ryanair misait sur le retour progressif des voyageurs à partir de septembre : pari raté. Espagne, France, Suède, et même Irlande... Les réservations pour septembre ne décollent pas. Elles n'atteignent même pas les 70% de capacités de l'an dernier, le niveau que misait la compagnie.

De plus en plus de restrictions partout en Europe

Le coronavirus, qui a fait tant de mal au secteur aérien à la fin de l'hiver et au printemps, circule toujours. Et les autorités restreignent à nouveau les voyages. Vendredi 14 août, le Royaume-Uni, un marché incontournable pour Ryanair, a confirmé que les voyageurs provenant de France seraient soumis à une quatorzaine. Avant cela, l'Espagne, un autre grand marché le premier transporteur d'Europe, était visée par une mesure similaire.

Ryanair, leader en Europe en nombre de passagers, a interpellé le gouvernement irlandais pour qu'il réduise la liste des pays concernés par les restrictions, afin d'en retirer l'Allemagne notamment. Car, d'après la compagnie, le pays est moins affecté par le Covid-19 que l'Irlande. Ryanair doit donc réduire la fréquence de ses vols. Dans le même temps, la compagnie poursuit la mise en oeuvre de son vaste plan de restructuration qui prévoit la suppression de 15% de ses effectifs, soit 3 000 postes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail