Accéder au contenu principal

Ukraine: les cas de Covid-19 augmentent, le pays se ferme aux étrangers

Des employés d'entreprises de tourisme et de restauration ont protesté à Kiev contre la fermeture des frontières aux étrangers, le 28 août 2020.
Des employés d'entreprises de tourisme et de restauration ont protesté à Kiev contre la fermeture des frontières aux étrangers, le 28 août 2020. Gleb Garanich/Reuters
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Coup de tonnerre en Ukraine où, devant la recrudescence des contaminations au nouveau coronavirus, les autorités ont pris la décision radicale de fermer le pays aux étrangers. Cette mesure s'applique depuis ce vendredi 28 août. Elle va durer un mois et a pris le pays par surprise, alors que le gouvernement multiplie les décisions contradictoires pour faire face à la pandémie.

Publicité

Avec notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan

Depuis plusieurs semaines, environ 2 000 personnes sont contaminées chaque jour en Ukraine par le Covid-19. Un chiffre inquiétant, surtout si l'on se souvient qu'au printemps, la situation était restée relativement sous contrôle. Le gouvernement a donc décidé d'agir, en interdisant, à compter de vendredi 28 août et pendant un mois, le séjour des ressortissants étrangers, sauf certaines catégories comme les diplomates, ou le personnel humanitaire.

Inquiétude avec la situation en Biélorussie et le Nouvel An juif

Seulement, à Kiev, beaucoup critiquent cette décision radicale et doutent de son impact. Par ailleurs, le gouvernement de Volodymyr Zelensky fait tout pour éviter un reconfinement impopulaire. Les statistiques s'affolent mais les écoles rouvrent, les geste-barrières sont abandonnés, et les hommes du président de la République utilisent souvent la méthode Coué face au virus.

Par ailleurs, on a appris cette semaine que l'ancienne Première ministre ukrainienne, Ioulia Timochenko, avait été hospitalisée, contaminée par le coronavirus, ainsi que toute sa famille. L'ancienne égérie de la Révolution orange de 2004, âgée de 59 ans, se trouve dans un état sérieux, d'après son attachée de presse. Elle aurait été mise sous respirateur artificiel.

La fermeture des frontières pose aussi problème au moment où des dizaines, voire des centaines de ressortissants biélorusses sont tentés de venir en Ukraine pour fuir la répression. Mais le gouvernement a une autre préoccupation en tête : en effet, tous les ans au mois de septembre, des dizaines de milliers de Juifs orthodoxes viennent fêter Rosh Hashanah, le Nouvel An juif, sur le tombeau du fondateur du courant hassidique. Il est fort possible que Kiev et Jérusalem aient voulu éviter que cette année, le Nouvel An juif se transforme en bombe virale.

► À lire aussi : Forte augmentation des cas de coronavirus en Ukraine

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.