Accéder au contenu principal

Vatican: le pape François lance un appel à la solidarité internationale avec le Liban

Le Pape François a lancé un appel à la solidarité internationale avec le Liban et a exhorté les responsables libanais à s’engager sincèrement pour l’avenir de leur pays.
Le Pape François a lancé un appel à la solidarité internationale avec le Liban et a exhorté les responsables libanais à s’engager sincèrement pour l’avenir de leur pays. VINCENZO PINTO / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

À l’issue de son audience générale ce mercredi, le souverain pontife est revenu longuement sur la situation au Liban, appelant les responsables religieux et politiques à leur responsabilité et invitant les fidèles à prier pour le pays meurtri.

Publicité

Avec notre correspondant à Rome,  Éric Sénanque 

« Le Liban ne peut être abandonné dans sa solitude », c’est en citant les mots de son prédécesseur Jean-Paul II en 1989 que le pape François a lancé son appel à la solidarité envers le pays du Cèdre. 

Aux côtés d’un prêtre libanais, drapeau en main, le souverain pontife, qui retrouvait ce mercredi les fidèles après six mois d’audiences devant une caméra, a exhorté les responsables libanais à s’engager sincèrement pour l’avenir de leur pays. 

« Je demande aux leaders politiques et religieux de s’engager avec sincérité et transparence dans l’œuvre de reconstruction du pays en laissant de côté leurs intérêts et en regardant le bien commun et le futur de la nation. »

À écouter: Comment le Liban peut il se réformer et sortir de la crise?

Une journée universelle de prière pour le Liban 

François qui a tenu aussi à envoyer un message d’encouragement aux habitants de Beyrouth: « N’abandonnez pas vos maisons et votre héritage, ne laissez pas tomber le rêve de ceux qui ont cru dans l’avenir d’un pays beau et prospère. »

Le pape a appelé les croyants du monde entier à une journée universelle de prière et de jeûne pour le Liban, vendredi prochain, un mois après la catastrophe du port de Beyrouth.

Pour rendre concret cette proximité, François a aussi annoncé l’envoi ces prochains jours à Beyrouth du secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin. 

À lire: Le Liban, un pays à genoux

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.