Accéder au contenu principal

Brexit: l'Irlande et l'Irlande du Nord s'inquiètent face aux menaces de Londres

Le ministre des Affaires étrangères irlandais, Simon Coveney, le 20 janvier 2020.
Le ministre des Affaires étrangères irlandais, Simon Coveney, le 20 janvier 2020. John Thys/AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C'est le retour du Brexit et du casse-tête de la frontière irlandaise. Dimanche 6 septembre, le quotidien Financial Times a publié un article indiquant que Londres pourrait chercher à contourner le protocole nord-irlandais, arraché de haute lutte l’année dernière et qui maintient la province britannique d’Irlande du Nord dans le marché commun. Les responsables politiques irlandais, au nord comme au sud de l'île, ont bondi.

Publicité

Avec notre correspondante à Dublin, Emeline Vin

« Inacceptable », « pas malin », « du bluff ». Il y a consensus sur l’échiquier politique nord-irlandais : ne touchez pas à l’accord de retrait qui a mené au Brexit en janvier dernier. C’est le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, qui a réagi le premier. « J’espère que tout ça est faux. », a-t-il déclaré.

Le vice-Premier ministre et ancien Premier ministre, Leo Varadkar, s’est montré insensible à la menace d'un « no deal » : pour lui, c’est un bruit de bottes destiné à impressionner l’adversaire, en l’occurrence les négociateurs européens qui tentent actuellement de conclure un accord de libre-échange. Au Nord, province pro-Remain, tous les partis pro-UE ont mis en garde Londres : l’accord est un traité international qui doit être respecté.

La crainte du retour d'une frontière inter-irlandaise

Pourquoi tant d’inquiétudes ? L’accord permettra aux biens de circuler librement entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, et ainsi éviter le retour d’une frontière physique sur l’île, qui rappelle de mauvais souvenirs de la guerre civile, achevée il y a 25 ans. Ne pas mettre en place le protocole pourrait entraver le commerce entre les deux parties de l’île, interdépendantes économiquement. Downing Street, de son côté, assure que le texte concerne uniquement les aides d’État. Le projet de loi sur les marchés intérieurs sera publié mardi 8 septembre.

► À lire aussi : Brexit: Boris Johnson prêt à un «no deal», faute d'un accord d'ici le 15 octobre

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.