Accéder au contenu principal

Reprise des affrontements dans l’est de l’Ukraine après 42 jours de trêve

Soldat ukrainien en faction non loin du village de Zolote, le 14 février 2020.
Soldat ukrainien en faction non loin du village de Zolote, le 14 février 2020. REUTERS/Oleksandr Klymenko
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les armes se font de nouveau entendre dans l’est de l'Ukraine. Après un cessez-le-feu de 42 jours, le plus long depuis le début du conflit en 2014, des affrontements ont causé la mort d’un soldat ukrainien, ce dimanche. Les belligérants se rejettent la responsabilité de l’escalade, qui confirme que la guerre est loin d’être finie.

Publicité

Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

Un lanceur de grenades, quelques rafales de kalachnikov, un mort et un blessé. L’escarmouche a sonné le glas d’une trêve en vigueur depuis le 27 juillet.

Le dimanche 6 septembre a été particulièrement éprouvant pour les forces armées ukrainiennes : deux autres soldats ont perdu la vie dans une explosion accidentelle le long de la ligne de front. Encore deux ont été blessés.

Le bilan du côté des forces séparatistes pro-russes et russes est incertain mais le chef de la République autoproclamée de Donetsk, Denys Pouchiline, a promis des représailles.

Zelensky sous pression

Chaque camp dénonce une provocation de l’autre. À Kiev, le ministre des Affaires étrangères a contacté sans attendre son homologue russe pour dénouer la situation.

Le président Volodymyr Zelensky joue gros avec cette flambée de violence. Il a fait du retour de la paix une priorité de son mandat. Dans un contexte géopolitique régional toujours plus tendu, cette fois autour de la crise politique en Biélorussie, l’attaque rappelle que le Donbass en guerre reste à la fois une plaie ouverte de l’Ukraine, et une bombe prête à exploser.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.