Reprise des négociations entre la Serbie et le Kosovo sous l'égide de l'UE

Le président serbe Aleksandar Vucic (à droite) et le Premier ministre kosovar Avdullah Hoti (à gauche) ont repris les négociations sous l'égide de l'Europe à Bruxelles. (photo d'illustration)
Le président serbe Aleksandar Vucic (à droite) et le Premier ministre kosovar Avdullah Hoti (à gauche) ont repris les négociations sous l'égide de l'Europe à Bruxelles. (photo d'illustration) ANDREJ ISAKOVIC, Armend NIMANI / AFP

Le président serbe Aleksandar Vucic et le Premier ministre kosovar Avdullah Hoti ont repris les négociations sous l'égide de l'Europe à Bruxelles dans le but d'arriver à un accord de normalisation des relations entre les deux pays. Ils ne se reconnaissent pas, 21 ans après la guerre du Kosovo.

Publicité

De notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

La signature d'un accord controversé à Washington vendredi dernier, en présence du président américain, a provoqué une vive réaction des Européens. Tous les accords entre Belgrade et Pristina « doivent être en conformité avec les règles de l'Union européenne », a annoncé un porte parole de la Commission européenne qui a commenté la reprise des négociations, cette fois à Bruxelles.

Des négociations et des explications

L'allusion est limpide. Le déménagement annoncé de l'ambassade serbe de Tel-Aviv à Jérusalem ne passe pas et les Européens comptent faire pression sur la Serbie et le Kosovo pour qu'aucune ambassade ne soit construite dans la ville disputée du Moyen-Orient.

Les Européens ont aussi demandé des explications détaillées aux deux parties sur la nature des engagements pris à Washington. Par ailleurs, les négociations ont porté sur le volet politique d'un futur accord. La question des disparus a été abordée, de même que celle des peuples minoritaires. Et de la communauté de communes serbes du Kosovo, un projet freiné depuis sept ans par Pristina.

Les négociations sous l'égide de l'Europe ont repris cet été, après plus de 20 mois d'interruption, en raison de sanctions économiques prises par Pristina contre Belgrade, et levées depuis.

À lire aussi : L'accord de normalisation économique Serbie-Kosovo continue de susciter les critiques

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail