Accéder au contenu principal

L'incendie de Moria à Lesbos contraint l'Union européenne à réagir

Une vue aérienne du camp de réfugiés de Moria, sur l'île de Lesbos, après sa destruction par un incendie.
Une vue aérienne du camp de réfugiés de Moria, sur l'île de Lesbos, après sa destruction par un incendie. AP Photo/Panagiotis Balaskas
Texte par : RFI Suivre
4 mn

L'incendie qui a ravagé le camp de migrants de Moria, sur l'île de Lesbos, où près de 13 000 personnes doivent depuis mercredi dormir à la belle étoile, contraint l'Europe à réagir. Le ministre allemand de l'Intérieur a donné ce matin une conférence de presse commune avec le commissaire européen en charge du dossier. Des aides humanitaires d'urgence et une reconstruction du camp sont prévues. Quatre cents mineurs vont être transférés vers d'autres pays ; d'autres pourraient suivre.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

L’aide humanitaire d’urgence est prioritaire pour Horst Seehofer. Le ministre de l’Intérieur allemand a annoncé qu’un premier convoi avec 1 400 lits et 1 000 tentes étaient en route pour l’île de Lesbos. Le vice-président de la Commission européenne, qui était sur place jeudi, a annoncé qu’un camp pour les migrants serait reconstruit le plus vite possible et géré à l’avenir en commun par la Grèce et l’Union européenne.  

Horst Seehofer a confirmé que 400 mineurs non accompagnés allaient être transférés de la Grèce vers dix autres pays européens. L’Allemagne et la France devraient chacun accueillir 100 à 150 jeunes migrants. Le ministre de l’Intérieur allemand auquel des communes, des régions, des responsables politiques demandent d’aller plus loin a répondu à ces demandes. 

►À lire aussi : Incendie de Moria en Grèce: des milliers de migrants se retrouvent sans abri sur l'île de Lesbos

« Les 400 mineurs constituent une première étape. Une seconde suivra. Pour moi, les familles avec enfants devront être prioritaires lors de ces transferts. Et cela doit aller vite », a-t-il expliqué. 

Mais Horst Seehofer veut une solution européenne associant d’autres pays tout en reconnaissant que tous n’accepteront pas d’accueillir des migrants. Le ministre, qui veut obtenir de faire avancer une politique d’asile européenne commune, s’est félicité de la présentation de propositions à la fin du mois par la Commission. Des accords avec les pays d’origine et de transit, une meilleure protection des frontières européennes et une plus grande solidarité entre les 27 ont été annoncés par Margaritis Schinas. 

Le HCR sur le pied de guerre

De son côté le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies, qui alerte depuis longtemps sur la situation matérielle des camps des îles grecques, a envoyé des renforts en personnel et des moyens matériels pour répondre à l'urgence et faire avancer les choses. Explications de Stella Nanou, responsable du HCR à Athènes.

Stella Nanou

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.