Accéder au contenu principal

Allemagne: Angela Merkel pressée par ses alliés concernant les migrants de Lesbos

Une famille de migrants arrive devant un camp provisoire après la destruction de celui de Moria sur l'île grecque de Lesbos.
Une famille de migrants arrive devant un camp provisoire après la destruction de celui de Moria sur l'île grecque de Lesbos. REUTERS/Alkis Konstantinidis
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Allemagne où de nombreux réfugiés ont été accueillis depuis 2015, le gouvernement est sous pression. De nombreux responsables et organisations, dont les sociaux-démocrates de la coalition gouvernementale, réclament l'accueil en nombre de migrants de l'île de Lesbos.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Les sociaux-démocrates du SPD, alliés de la chancelière Angela Merkel au sein de la coalition gouvernementale, exigent que Berlin s’engage pour prendre en charge un nombre substantiel de migrants de l’île de Lesbos. Pour eux, l’accueil d’une centaine de mineurs suite à une proposition franco-allemande la semaine dernière ne va pas assez loin.

D’après les médias allemands, la chancelière a plaidé lors d’une réunion des instances de son parti pour le transfert d’autres migrants vers l’Allemagne. Interrogée lors d’une conférence de presse lundi 14 septembre, Angela Merkel s’est refusée à avancer un chiffre et a répété comme d’autres responsables chrétiens-démocrates qu’un cavalier seul allemand n’était pas possible.

« Chacun sait que la politique migratoire de l'Union européenne ne peut pas être réglée par l'Allemagne seule, déclare la chancelière allemande. Mais notre pays en raison de son importance peut certainement jouer un rôle important pour trouver une solution européenne ».

Angela Merkel a apporté son soutien à la proposition visant à faire du camp de Moria un centre d’accueil géré en commun par la Grèce et l’Union européenne. Une étape qui constituerait pour la chancelière un pas vers une politique migratoire commune aux 27. Elle a ajouté que la situation qui prévalait dans le camp jusqu’à présent n’était pas « acceptable ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.