Accéder au contenu principal

Plus d’un millier de pèlerins juifs hassidiques bloqués aux portes de l'Ukraine

Des pèlerins juifs face aux forces de sécurité ukrainiennes, le 15 septembre 2020.
Des pèlerins juifs face aux forces de sécurité ukrainiennes, le 15 septembre 2020. Breslev live/Handout via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des pèlerins hassidiques qui comptaient se rendre dans le centre de l’Ukraine pour prendre part aux célébrations de la nouvelle année juive, Roch Hachana, le 18 septembre, sont coincés à la frontière biélorusse. L’Ukraine a fermé en effet ses frontières aux étrangers pour lutter contre une seconde vague de l’épidémie de coronavirus.

Publicité

Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

Les plus chanceux s’entassent dans des tentes de fortune de la Croix-Rouge biélorusse. Mais la majorité dort à même le sol, prie sur le bord de la route et attend un miracle. Ils sont environ 1 500 personnes, pour beaucoup des hommes venus d’Israël, habitués au pèlerinage annuel dans la ville d’Ouman, un des berceaux du hassidisme, une branche conservatrice du judaïsme.

Chaque année, entre 30 et 40 000 fidèles s’y réunissent dans une ambiance très festive. Ce 18 septembre, ils ne sont que 3 000 à y célébrer la nouvelle année. Les autorités ukrainiennes et israéliennes ont multiplié les avertissements à l’égard de la communauté orthodoxe, très touchée par le Covid-19 en raison d’un manque de respect des recommandations sanitaires.

Kiev a récemment expulsé deux citoyens israéliens d’Ouman qui avaient tenté d’abattre les barrières de protection sur le lieu de pèlerinage. Malgré la situation précaire des voyageurs bloqués, il est très peu probable que les gardes-frontière les autorisent à poursuivre leur voyage vers l’Ukraine qui connaît des hausses record de nouveaux cas de coronavirus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.