Accéder au contenu principal

Allemagne: manifestations de soutien aux réfugiés du camp de Moria

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce dimanche 20 septembre à Berlin. «Nous avons de la place», peut-on lire sur les pancartes.
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce dimanche 20 septembre à Berlin. «Nous avons de la place», peut-on lire sur les pancartes. REUTERS/Christian Mang
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Allemagne, 5 000 personnes ont manifesté dimanche 20 septembre à Berlin, Cologne, Munich ou Leipzig pour demander au gouvernement d'accueillir davantage de réfugiés du camp de Moria, sur l'île grecque de Lesbos. Le gouvernement allemand s'est dit prêt à accueillir 1 500 personnes, en priorité des femmes et des enfants. Ce n'est pas assez pour les associations de défense des droits humains.

Publicité

Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux

Plusieurs associations de défense des droits humains ont mobilisé au nom de « Nous avons de la place » et « Seehofer, sois chrétien », un appel destiné au ministre de l'Intérieur allemand, Horst Seehofer, qui s'oppose à l'accueil de davantage de réfugiés.

À lire aussi : L'Allemagne annonce qu'elle va accueillir plus de 1500 migrants actuellement en Grèce

Parmi les manifestants, Tima Kurdy, la tante du petit Aylan, ce garçon dont la mort sur les côtes turques avait bouleversé le monde. Tima Kurdy vit aujourd'hui au Canada. Elle se trouve en Allemagne depuis le début du mois et multiplie les prises de parole.

« Je n'ai aucun mot pour décrire cette photo, déclare-t-elle. C'était un appel au monde à se réveiller, c'est pourquoi je me déplace partout et utilise chaque occasion qui m'est donné de m'exprimer. J'utilise ma voix, pour prier chaque citoyen du monde de sortir du silence. J'essaie de donner une voix à ceux qui ont besoin de nous, et qui sont sans voix. »

Les partis de gauche font monter depuis des semaines la pression sur Angela Merkel. Mais la chancelière veut une réponse européenne à la crise humanitaire, bien décidée à ne pas faire cavalier seul comme en 2015. L'initiative d'abord saluée par une partie de l'opinion avait ouvert la voie à l'extrême droite dans le pays.

À écouter aussi : Union européenne et accueil des migrants: l'impossible équation

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.