Accéder au contenu principal

Royaume-Uni: la réforme du réseau ferroviaire tourne le dos à la privatisation

La gare de Londres-Waterloo.
La gare de Londres-Waterloo. Getty Images
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Vingt-cinq ans après avoir privatisé ses chemins de fer, le Royaume-Uni veut faire marche arrière. Le gouvernement a annoncé ce lundi 21 septembre qu’il mettait fin aux franchises privées et a annoncé une réforme pour les remplacer par des contrats de concession. Par ailleurs, les mesures d’urgence pour soutenir les compagnies ferroviaires durant la pandémie ont été étendues et couvriront leurs pertes pendant encore 18 mois.

Publicité

De notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

La décision du gouvernement est le premier pas vers une gestion moins fragmentée du réseau ferroviaire britannique divisé actuellement en 16 franchises à travers le pays et géré par de nombreux opérateurs dont la SNCF. Finies donc les franchises qui donnaient l’entière gestion des lignes aux opérateurs privés et dont les ratés ont ces dernières années été abondamment critiqués entre surcoûts, retards et inefficacités et ont conduit le gouvernement à re-nationaliser certaines lignes.

À partir de ce 21 septembre, ce sont de nouveaux contrats de type concession qui vont permettre à un opérateur de gérer une ligne moyennant le versement d’une commission avec en retour des objectifs de performance plus exigeants qu’avant.

Le ministère des Transports espère que ce mécanisme sera plus simple et plus efficace, mais précise que ce modèle est temporaire et veut à terme évoluer vers un nouveau système qui conservera selon lui les meilleurs aspects du secteur privé, notamment la concurrence et l’investissement, mais assorti d’une vision stratégique et d’un sens des responsabilités.

Cette réforme sera dévoilée dans un livre blanc publié lorsque l’évolution de la pandémie de Covid-19 le permettra. Le gouvernement précise que les contribuables britanniques devront financer ces mesures d’urgence temporaires à court terme et tant que le trafic restera inférieur à la normale, mais assure que la réforme sera bénéfique à long terme pour les finances publiques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.