Accéder au contenu principal

Le Parlement européen s'engage contre la désinformation et les ingérences étrangères

Raphaël Glucksmann lors d'une session plénière au Parlement européen à Strasbourg, le 28 novembre 2019.
Raphaël Glucksmann lors d'une session plénière au Parlement européen à Strasbourg, le 28 novembre 2019. Frederick Florin/AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le Parlement européen se mobilise sur la désinformation et les ingérences étrangères dans les processus électoraux. Il a créé une commission spéciale qui va plancher sur le sujet. Mercredi 23 septembre, s’est tenue à Bruxelles la réunion constitutive de l’assemblée, avec l’élection de son président, Raphaël Glucksmann.

Publicité

Avec notre correspondante à Bruxelles, Joana Hostein

C’est donc l’eurodéputé français, cofondateur du parti Place publique, Raphaël Glucksmann, qui a été élu mercredi 23 septembre pour présider les travaux de la commission du Parlement européen en charge de la lutte contre la désinformation et contre les ingérences étrangères dans les processus électoraux européens. L'élu appelle les Européens à cesser de faire preuve de naïveté et à tout faire pour protéger la démocratie, « ce trésor commun fragile et menacé par des puissances étrangères » qui utilisent des moyens variés, dit-il.

« Nos démocraties ne sont pas à vendre »

« Financements de partis politiques, financements de campagnes électorales, cyber-attaques, campagnes coordonnées de désinformation massive... Nos droits, notre sécurité, notre souveraineté sont en jeu. La scène politique européenne ne peut pas être un marché sur lequel des puissances étrangères hostiles viennent faire leurs emplettes. Nous ne sommes pas à vendre, et nos démocraties ne sont pas à vendre », a déclaré Raphaël Glucksmann

Autant d’outils dénoncés récemment dans le cadre de l’élection de Donald Trump aux États-Unis ou de la dernière présidentielle française. La guerre d’information, menée par la Chine ou par la Russie, sera au cœur des débats de cette commission. Or, l’eurodéputé du Rassemblement national, Thierry Mariani, notoirement proche du Kremlin, siègera justement au sein de cet organe. Une nomination qui en fait sourire plus d’un au Parlement européen.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.