Accéder au contenu principal

ONU: le Premier ministre grec appelle Erdogan à «donner une chance à la diplomatie»

La diffusion du message du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis lors de l'Assemblée générale de l'ONU le 25 septembre 2020.
La diffusion du message du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis lors de l'Assemblée générale de l'ONU le 25 septembre 2020. Rick Bajornas/UN Photo via AP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

La Grèce et la Turquie, qui se disputent des zones potentiellement riches en gaz naturel, ont annoncé la prochaine reprise de négociations bilatérales. Dans un discours enregistré diffusé lors de la 75e session de l'Assemblée générale de l'ONU, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a appelé le président Recep Tayyip Erdogan à revenir au dialogue. 

Publicité

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a appelé vendredi 25 septembre à l'ONU le président turc Recep Tayyip Erdogan à « donner une chance à la diplomatie » au moment où les deux pays semblent avoir choisi l'apaisement dans la crise qui les oppose en Méditerranée orientale.

Déplorant que les ouvertures d'Athènes aient buté sur « l'escalade, la désinformation et l'agression » d'Ankara, il a dit demeurer « optimiste » : « Tout le monde comprend que cette escalade permanente des tensions ne peut pas durer », a-t-il lancé lors de sa vidéo diffusée lors de l'Assemblée générale de l'ONU. « Je refuse de croire que le partenariat entre proches voisins ne soit pas possible », a-t-il poursuivi.

« Alors rencontrons-nous, parlons-nous, et cherchons une solution acceptable par tous. Donnons une chance à la diplomatie », a lancé le chef du gouvernement grec au dirigeant turc. « Si après tout ça nous ne parvenons pas à nous entendre, alors nous devrions nous en remettre à la sagesse de la Cour internationale de La Haye », a-t-il prévenu.

Malheureusement, alors que la Grèce a placé la confiance, le dialogue et la compréhension au cœur d'une politique étrangère basée sur des valeurs, la Turquie a réagi par l'escalade, la provocation, la désinformation et l'agression. Là où la Grèce a choisi la voie d'un dialogue de bonne foi, la Turquie a choisi la voie de l'intransigeance.

Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre grec

Ankara et Athènes ont annoncé mardi la prochaine reprise de négociations bilatérales après des semaines de tensions en Méditerranée orientale où les deux pays se disputent des zones potentiellement riches en gaz naturel.

Lors de son propre discours à l'ONU, mardi, le président Erdogan avait aussi appelé la Grèce à un « dialogue sincère fondé sur le droit international » pour résoudre ce conflit, tout en mettant en garde contre tout « diktat, harcèlement ou attaque » visant la Turquie.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.