Accéder au contenu principal

Affrontements au Haut-Karabakh: prise entre deux feux, la Russie appelle à l’apaisement

Soldat arménien dans une tranchée, près de la frontière du Haut-Karabakh, en avril 2016 (photo d'illustration).
Soldat arménien dans une tranchée, près de la frontière du Haut-Karabakh, en avril 2016 (photo d'illustration). REUTERS
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le conflit dans le Haut-Karabakh place la Russie dans une situation inconfortable. Alliée des deux pays qui s’affrontent, l’Arménie et l’Azerbaïdjan, elle est prise dans un tir croisé d’intérêts contradictoires. Moscou manœuvre avec beaucoup de précautions pour calmer la situation.

Publicité

Avec notre correspondant à MoscouLéo Vidal-Giraud

Prise entre deux alliés, la Russie appelle à l’apaisement. L’affrontement armé entre Arméniens et Azerbaïdjanais dans le Haut-Karabakh est un casse-tête pour la diplomatie russe. La Russie équipe les deux armées, elle entretient des relations très amicales avec les deux pays, compte aussi sur son territoire une importante diaspora arménienne et azerbaïdjanaise.

Pour compliquer encore la situation de Moscou, ses partenaires stratégiques, la Turquie et l’Iran, soutiennent eux ouvertement l’Azerbaïdjan. D’un autre côté, de par son rôle de puissance dominante dans le Caucase, la Russie est en bonne position pour se positionner comme médiateur, avec sans doute l’objectif de « recongeler » ce conflit dans lequel elle n’a rien à gagner.

RFI

Appel à un « cessez-le-feu immédiat »

Moscou reste donc extrêmement prudente dans ses réactions, se contentant d’appeler à un « cessez-le-feu immédiat » et à inviter les deux parties à s’asseoir à la table des négociations. Dimanche 27 septembre au soir, le président arménien Nikol Pachinian a parlé au téléphone avec Vladimir Poutine, mais le communiqué du Kremlin reste mesuré.

La partie russe « exprime sa sérieuse préoccupation » et souligne l’importance « d’entreprendre tous les efforts possibles pour éviter une escalade et cesser les opérations militaires ».

À lire aussi Affrontements au Haut-Karabakh: la crainte d'une intervention turque en cas de guerre

Au moins quinze soldats séparatistes supplémentaires ont été tués dans les combats, a indiqué lundi le ministère de la Défense du Haut-Karabakh, ce qui porte à 32 le nombre de ses militaires tués depuis dimanche matin et le début des combats. Cinq civils azerbaïdjanais et deux civils arméniens du Haut-Karabakh ont également succombé, portant le bilan officiel total à 39 morts. L'Azerbaïdjan n'a pas annoncé ses pertes militaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.