Accéder au contenu principal

«Fratelli Tutti»: l'appel du pape François à la fraternité et au dialogue

La Une du journal du Vatican, L'Osservatore Romano, dédiée à la nouvelle encyclique «Fratteli Tutti» («Tous Frères»), en date du 4 octobre 2020.
La Une du journal du Vatican, L'Osservatore Romano, dédiée à la nouvelle encyclique «Fratteli Tutti» («Tous Frères»), en date du 4 octobre 2020. Remo Casilli/Reuters
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Cinq ans après « Laudato si’ » qui mettait en avant la protection de l’environnement, le pape François a publié ce dimanche une nouvelle encyclique. S’inspire une nouvelle fois de saint François d’Assise, il insiste sur la fraternité humaine dans un monde marqué par les fractures et les conflits. 

Publicité

Avec notre correspondant au Vatican, Eric Sénanque

L’an dernier, à Abou Dhabi, le pape François avait signé « la déclaration sur la fraternité humaine » avec le grand imam d’Al Azhar. C’est dans cet esprit qu’est née cette nouvelle encyclique. Une encyclique sociale qui, explique François, a pour ambition d’ouvrir à un dialogue « avec toutes les personnes de bonne volonté ». Divisé en huit chapitres, ce document met l’accent sur les dangers d’un monde en pleine fragmentation  : « L’histoire est en train de donner des signes de recul, s’alarme le pape, des conflits anachroniques considérés comme dépassés s’enflamment, des nationalismes étriqués, exacerbés, pleins de ressentiments et agressifs réapparaissent. »

► À lire aussi : Le pape François renforce la lutte contre l'opacité financière au Vatican 

Une invitation à penser la question migratoire à long terme

François s’inquiète de l’évolution de la politique qui, bien souvent note-t-il, « n’est plus une discussion saine sur des projets à long terme pour le développement de tous et du bien commun ». Dans son document, le souverain pontife invite aussi à repenser une « éthique des relations internationales », où chaque personne, quel que soit son milieu ou sa fonction, a une égale dignité.

Penser les migrations à long terme, réaffirmer le multilatéralisme indispensable des Nations unies, sont aussi des thématiques fortes de ce document, tout comme l’invitation à construire la paix, en rejetant notamment les armes nucléaires. Un texte qui a une portée universelle mais qui regarde vers l’Afrique, surtout quand François parle de migrations. Le successeur de Benoît XVI invite à penser la question migratoire à long terme, plaide à la fois pour un meilleur accueil des migrants et explique aussi que le « droit de ne pas émigrer » doit être réaffirmé.

► À lire aussi : Pâques: le pape François en appelle à «la contagion de l'espérance»

La réconciliation sud-africaine, un exemple pour le pape

Dans ce monde fracturé, les religions ont leur mot à dire, écrit François : « Elles sont au service de la fraternité dans le monde. » Au début de son texte, François revient sur la rencontre survenue il y a huit siècles en Égypte, entre saint François d’Assise et le sultan Al-Malik Al-Kâmil, où le saint italien « invita à éviter toute forme d’agression ou de conflit ». Une incitation à la paix et au dialogue interreligieux toujours d’actualité pour le souverain pontife.

Dans ce texte qui invite à construire la paix, le pape rappelle aussi les efforts de réconciliation utiles pour l’histoire, donnant en exemple les évêques d’Afrique du Sud qui, dans une lettre pastorale de 1986, invitaient à créer « une nouvelle société fondée sur le service des autres plus que sur le désir de domination », où la volonté de vivre ensemble devaient dépasser toute considération de race ou de culture.

La pandémie de Covid-19 « a mis à nu nos fausses certitudes »

« Fratelli Tutti » est enfin à lire comme une invitation à réfléchir au monde après la pandémie de Covid-19. Une pandémie qui a éclaté alors que le pape rédigeait son encyclique et « qui a mis à nu nos fausses certitudes », souligne-t-il. Dans ce contexte, retrouvons « le goût de la fraternité », exhorte le pape.

À la fin de son texte, l'homme d'Église argentin rend hommage à ces grandes figures qui l’ont stimulé, comme Martin Luther King, Gandhi, le bienheureux Charles de Foucauld, ami du peuple touareg, ainsi que le Sud-Africain Desmond Tutu, prix Nobel de la paix 1984.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.