Accéder au contenu principal

Varosha, station balnéaire-fantôme de Chypre-Nord, au cœur des enjeux

Varosha a été abandonnée en 1974 après avoir été entourée de clôtures par les militaires turcs.
Varosha a été abandonnée en 1974 après avoir été entourée de clôtures par les militaires turcs. REUTERS/Harun Ucar
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Quand la réouverture d’une station balnéaire attise les tensions en Méditerranée orientale. Aujourd’hui, Varosha à Chypre est une cité fantôme. Et pourtant elle est cœur d’un enjeu électoral mais aussi géopolitique.

Publicité

L’île de Chypre est coupée en deux. La République de Chypre, membre de l’Union européenne occupe les deux tiers sud de l’île. Au nord se trouve la RTCN, la République turque de Chypre-Nord, un État uniquement reconnu par Ankara.

Varosha, la station balnéaire, se trouve justement dans cette partie nord de l’île. Son littoral aux eaux cristallines est tombé dans l’oubli à partir de 1974, à la suite de l’invasion turque. La station est alors bouclée et abandonnée.

Réouverture annoncée

Mais 46 ans plus tard, voilà les premiers touristes autorisés à visiter les ruines de Varosha. La réouverture, très partielle, de cette station balnéaire est annoncée cette semaine par le président turc Recep Tayyip Erdogan en personne et le « Premier ministre » de l'autoproclamée RTCN, Ersin Tatar. « Le littoral (de Varosha) sera ouvert au public à partir de jeudi matin », a déclaré le « Premier ministre ».  Elle intervient dans un contexte particulier : en pleine campagne présidentielle en RTCN. 

Car Ersin Tatar, proche d'Ankara, se présente dans ce scrutin contre le « président » sortant, favori des sondages mais en froid avec Recep Tayyip  Erdogan. Le président de la RTCN Mustafa Akinci dénonce une mesure qui vise à favoriser son adversaire.

« Varosha est incontestablement un territoire chypriote-turc et toute décision la concernant relève des autorités chypriotes-turques », a déclaré Recep Tayyip Erdogan. « Faire de Varosha une attraction touristique dans la région est une opportunité pour l'économie chypriote-turque. »

Au sud, la République de Chypre prône soit une restitution pure et simple de Varosha, soit son administration par les Nations unies.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.