Accéder au contenu principal

Le président azerbaidjanais veut venger les civils tués à Gandja

Des équipes de secours cherchant des survivants  dans la ville de Ganja, en Azerbaïdjan, le 17 octobre 2020
Des équipes de secours cherchant des survivants dans la ville de Ganja, en Azerbaïdjan, le 17 octobre 2020 REUTERS/Umit Bektas
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le conflit au Haut-Karabakh semble encore gagner en intensité. La nuit dernière, la deuxième ville d’Azerbaïdjan, Gandja, a à nouveau été sous le feu des tirs provenant du côté arménien. Treize civils auraient été tués dans ces bombardements, selon Bakou. De son côté, l’Azerbaïdjan a frappé les deux principales villes de la République sécessionniste du Haut-Karabakh, Stepanakert et Chouchi, mais aussi le territoire de l’Arménie elle-même. Le cessez-le-feu entré en vigueur il y a tout juste une semaine, grâce à la médiation de la Russie, n’a jamais été respecté.

Publicité

De notre envoyé spécial à TbilissiRégis Genté.

Gandja a à nouveau été frappée durement dans la nuit de vendredi 16 octobre 2020 à samedi.

Treize civils auraient été retrouvés morts dans les décombres d’une vingtaine de maisons, dans deux quartiers différents de Gandja, la grande ville du Nord de l’Azerbaïdjan, située à une cinquantaine de kilomètres de la ligne de front et disposant d’un très important aéroport militaire.

Selon Bakou, les tirs proviennent d’un système de lancement de missiles balistiques installé sur le territoire de l’Arménie, et non sur celui de la République de facto indépendante du Haut-Karabakh.
L’armée de Défense de cette dernière a de son côté publié une liste de sept « cibles militaires légitimes situées dans la ville de Gandja ».

Des combats de plus en plus violents 

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a promis que son armée se vengerait contre l’Arménie et sur le terrain de bataille. Il annonce depuis plusieurs jours la reprise de nombreux villages sur les flancs Sud et Nord des 200 kilomètres de la « ligne de contact » du Karabakh.  Les villes de Stepanakert et Chouchi ont également été frappées vendredi 16 octobre au soir.

Il semble que jamais les combats n’ont été plus violents que ces derniers jours. Les vidéos publiées par les belligérants montrent que le bilan des soldats tués au combat augmente fortement chaque jour.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.