Accéder au contenu principal

Edward Snowden obtient le statut de résident permanent en Russie

Ancien de la CIA et de la NSA, Edward Snowden a trouvé refuge en Russie après avoir fait fuiter des documents confidentiels sur la surveillance de masse aux Etats-Unis en 2013.
Ancien de la CIA et de la NSA, Edward Snowden a trouvé refuge en Russie après avoir fait fuiter des documents confidentiels sur la surveillance de masse aux Etats-Unis en 2013. PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Edward Snowden fait toujours parler de lui. Sept ans après son arrivée en Russie, il vient d'obtenir le statut de résident permanent. C'est la dernire étape avant l'obtention de la nationalité russe, mais pour l'instant, il ne veut pas aller jusque-là.

Publicité

Le rêve d'Edward Snowden, c'est de retourner aux États-Unis, mais à une seule condition : qu'il puisse avoir la garantie d'un procès équitable. Il estime que ces conditions ne sont actuellement pas réunies. 

Avant son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump voulait faire exécuter Edward Snowden et parlait encore de lui comme un « traître absolu » qu'il fallait condamner le plus durement possible pendant la campagne présidentielle de 2016. Mais le président américain, au mois d'août cette année, s'est dit prêt à jeter un oeil à ses demandes de grâce.

Des déclarations floues et une grâce loin d'être acquise pour Edward Snowden, qui ne se fait pas d'illusions. Il reconnaît tout au plus un début de normalisation avec l'administration américaine. En attendant, il vit toujours dans un lieu tenu secret à Moscou, qu'il décrit comme une ville magnifique. Il continue d'être très actif sur Twitter où il milite en faveur des libertés civiles et a publié ses mémoires l'an dernier dans un livre tiré à 70 000 exemplaires en France. 

Et quand des élus américains l'accusent de travailler désormais pour les services de renseignement russe, il dément et ne se prive pas de critiquer Vladimir Poutine. En Russie comme ailleurs, dit-il, ce ne sera jamais le peuple le problème, mais toujours le gouvernement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.