Accéder au contenu principal

Tensions France-Turquie: Erdogan demande aux Turcs de boycotter les produits français

Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours les membres de son parti à Malatya dans l'est de la Turquie le 25 octobre 2020.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours les membres de son parti à Malatya dans l'est de la Turquie le 25 octobre 2020. Turkish Presidency via AP, Pool
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Le président Recep Tayyip Erdogan a appelé ce lundi les Turcs à boycotter les produits français, en pleine dispute avec Paris au sujet du traitement des musulmans de France et après la multiplication des manifestations et appels au boycott dans plusieurs pays du Moyen-Orient. 

Publicité

« Tout comme en France certains disent "n'achetez pas les marques turques", je m'adresse d'ici à ma nation : surtout ne prêtez pas attention aux marques françaises, ne les achetez pas », a lancé Recep Tayyip Erdogan dans un discours à Ankara ce lundi 26 octobre.

« Une campagne de lynchage semblable à celle contre les juifs d'Europe avant la Deuxième Guerre mondiale est en train d'être menée contre les musulmans », a-t-il ajouté, accusant certains dirigeants européens de « fascisme » et de « nazisme ».

Le dirigeant turc reproche à son homologue français d'avoir promis que la France continuerait de défendre les caricatures du prophète Mahomet, promesse prononcée lors de l'hommage national au professeur Samuel Paty, professeur décapité dans un attentat islamiste pour avoir montré ces dessins en classe. Ces propos ont suscité un flot de critiques dans le monde musulman, de la part de dirigeants politiques et religieux, d'élus mais aussi de simples citoyens sur les réseaux sociaux et ont provoqué manifestations et appels au boycott des produits français.

Des réactions partagées en Turquie

« Un boycott, pour quoi faire ?», se demandent plusieurs Turcs interrogés à Istanbul. Certains soutiennent cet appel par principe, comme une façon « pacifique » de protester symboliquement contre des propos du président français Emmanuel Macron qu’ils jugent « offensants » pour l’islam et les musulmans, rapporte notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer . D’autres sont a priori « pour », mais incapables d’identifier des marques françaises qu’ils consomment régulièrement et pourraient donc ne plus acheter,

Ediz, un barbier, raconte avoir reçu sur son téléphone des messages d’amis appelant à boycotter une liste de marques françaises, mais le commerçant est sceptique quant à l’efficacité d’une telle mesure. Il rappelle qu’en 2018, des appels à boycotter les produits américains n’avaient pas été suivis d’effets.

Évidemment, certains Turcs, souvent des partisans du président Recep Tayyip Erdogan, promettent de ne plus acheter « français », mais ils ne semblent pas être majoritaires. Certains d’entre eux se disent même prêts à manifester contre la France si leur président les y appelle.

Les autorités françaises ont envoyé un message à leurs ressortissants de passage ou résidant en Turquie, les appelant « à faire preuve d’une très grande vigilance dans le cadre de leurs déplacements et notamment d’éviter tout rassemblement ou manifestation dans des lieux publics ».

Attaques répétées contre Macron

Il y a deux semaines, le président turc avait déjà dénoncé comme une provocation les déclarations d'Emmanuel Macron sur le « séparatisme islamiste » et la nécessité de « structurer l'islam » en France. Erdogan avait alors mis en cause la santé mentale Emmanuel Macron, suggérant qu'il fasse « des examens de santé mentale ». Attaque répétée une seconde fois durant le week-end dernier.

Le président français a toutefois enregistré une série de soutiens en Europe, dont celui de la chancelière allemande Angela Merkel, qui a condamné des propos « diffamatoires » contre lui.

(Avec AFP)


Reportage : manifestation devant l'Ambassade de France à Bagdad

Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann

« Il n'y a de Dieu qu'Allah. Nous protestons contre la France », crient ces manifestants face à l'ambassade de France, en plein centre de Bagdad. Plusieurs d'entre eux brandissent des caricatures d'Emmanuel Macron, barrées d'une large croix noire. D'autres enflamment un drapeau français. Face à eux, un important dispositif de sécurité protège la représentation française. La colère de ces manifestants est grande, et elle est partagée par beaucoup d'habitants en Irak. Dans les rues de Bagdad, ou sur les réseaux sociaux, les récents discours d'Emmanuel Macron font partie des sujets de discussions. Ses propos sur le « séparatisme islamiste » avaient déjà mis le feu aux poudres. Ceux tenus lors de la cérémonie d'hommage à Samuel Paty, où le président Français défend les caricatures de Mahomet, ont fini par faire exploser leur colère. « Il a attaqué l'Islam », dénoncent ces Irakiens qui appellent, comme beaucoup d'autres habitants du monde musulman, au boycott de tous les produits français.  Le Quai d'Orsay a récemment réagi à ces initiatives, disant qu'elles dénaturaient « les positions défendues par la France ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.