Accéder au contenu principal

Haut-Karabakh: la Russie prête à intervenir seulement si l'Arménie est directement menacée

Les combats ne baissent pas en intensité dans la zone séparatiste du Haut-Karabakh.
Les combats ne baissent pas en intensité dans la zone séparatiste du Haut-Karabakh. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Malgré trois tentatives de trêves, l'Azerbaïdjan semble déterminé à reprendre le contrôle du Haut-Karabakh, ce territoire que l'Arménie souhaite garder dans son giron. Mais c'est bien l'Arménie qui subit le plus de perte, de quoi pousser Erevan à en appeler une nouvelle fois à la Russie, allié militaire du pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Paul Gogo

Samedi, l'Arménie a demandé à la Russie d’entamer des consultations dans le but de déterminer la nature et la quantité de l'aide que la Fédération russe pourrait apporter à l'Arménie pour assurer sa sécurité, selon les termes utilisés par le ministère des Affaires étrangères arménien.

Peinant à contenir l'avancée de l'armée azerbaïdjanaise sur le territoire séparatiste du Haut-Karabakh qu'elle tente de protéger, l'Arménie rêve plus que jamais d'une intervention militaire russe pour couper court au conflit. Moscou et Erevan sont liés par des accords de sécurité qui prévoient une intervention militaire russe en cas d'atteinte à l'intégrité de l'Arménie.

Mais samedi encore, Moscou s'est montrée totalement opposée à une intervention militaire. Le ministère des Affaires étrangères rappelle que la Russie n'interviendra que si l'Arménie est menacée. Pour Moscou, le Haut-Karabakh n'entre pas dans le cadre de cet accord.

Une position assumée par Moscou qui tente, en vain, de calmer les hostilités par la diplomatie. La Russie ne veut pas prendre parti, les deux belligérants sont alliés de la Russie et font partie de sa sphère d'influence. La présence de la Turquie aux côtés de l'Azerbaïdjan contribue également à pousser Moscou à la retenue dans ce dossier.

À écouter aussi : Haut-Karabakh: la population continue de quitter la région pour se mettre à l’abri en Arménie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.