Accéder au contenu principal

Covid-19: les autorités allemandes font preuve d'un optimisme prudent

Le chef de l'Institut Robert Koch, responsable du contrôle et de la prévention des maladies, Lothar Wieler, à gauche, en Allemagne à Berlin, le jeudi 12 novembre 2020.
Le chef de l'Institut Robert Koch, responsable du contrôle et de la prévention des maladies, Lothar Wieler, à gauche, en Allemagne à Berlin, le jeudi 12 novembre 2020. AP Photo/Markus Schreiber, Pool
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La deuxième vague de la pandémie de Covid-19 contraint de nombreux pays à renforcer les restrictions pour tenter de réduire l'augmentation du nombre de cas. C'est aussi le cas de l'Allemagne, même si le pays peut afficher un bilan moins négatif que la plupart de ses voisins. Des mesures plus restrictives sont en place depuis le début du mois. Les autorités ont fait preuve d'un optimisme prudent ce jeudi 12 novembre.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibault

La situation reste très grave mais elle empire moins vite. C’est ainsi qu’on pourrait résumer les déclarations du président de l’institut Robert-Koch, l’autorité de veille sanitaire allemande. Avec 22 000 nouveaux cas mardi, le tournant avec une baisse du nombre de nouveaux cas n’est pas encore au rendez-vous. Mais la courbe s’aplatit et l’augmentation est moins importante qu’elle ne l’a été.

Les responsables estiment que les mesures plus restrictives mises en place au début du mois pour quatre semaines -fermeture des bars et des restaurants, limitation des contacts privés- n’ont pas encore produit leurs effets. Angela Merkel a toutefois averti jeudi : « L’épidémie va nous occuper au moins tout l’hiver ».

La chancelière fera lundi 16 novembre le point avec les présidents de régions. Un assouplissement des mesures est peu probable. L’objectif est de revenir à niveau d’infection inférieur à 50 nouveaux cas sur sept jours pour 100 000 habitants. Ce taux est aujourd’hui de 139.

Les autorités s’inquiètent de l’augmentation du nombre de malades hospitalisés. Si le nombre de lits disponibles est encore important, le manque de personnel se fait sentir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.