Suisse: un référendum pour obliger les multinationales au respect des droits de l’homme

Les Suisses doivent voter sur un référendum qui pourrait obliger les multinationales basées en Suisse à respecter les droits de l'homme et de l'environnement et de répondre juridiquement de leurs actes, même à l'étranger. Ici, un des sites parisiens du cimentier Lafarge, soupçonné d'avoir jeté des résidus dans la Seine, le 3 septembre 2020.
Les Suisses doivent voter sur un référendum qui pourrait obliger les multinationales basées en Suisse à respecter les droits de l'homme et de l'environnement et de répondre juridiquement de leurs actes, même à l'étranger. Ici, un des sites parisiens du cimentier Lafarge, soupçonné d'avoir jeté des résidus dans la Seine, le 3 septembre 2020. REUTERS - Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Parmi les référendums soumis au vote ce dimanche 29 novembre, les Suisses vont devoir se prononcer sur une initiative fédérale qui exigerait des multinationales basées dans leur pays qu’elles respectent les droits de l’homme et de l’environnement sous peine de poursuites juridique. Soit une juridiction qui s’appliquerait pour leurs filiales à l’étranger et leurs manquements.

Publicité

Cette initiative populaire suisse obligerait les multinationales à être responsables, devant répondre à d'éventuels manquements devant les tribunaux en Suisse, en matière de droits de l’homme et d’environnement.

En guise d’exemple, les défenseurs de ce texte pointent les rejets de particules fines d'une cimenterie de Lafarge au Nigeria. Ou encore le géant minier suisse Glencore, responsable de graves pollutions aux conséquences sanitaires dramatiques dans plusieurs pays.

Si cette initiative est approuvée, les victimes des violations de Glencore, nombreuses en Amérique du sud et en Afrique, pourraient exiger réparation en Suisse.

Reste que le Parlement et le Conseil fédéral estiment que ce texte va trop loin et causerait de sérieuses conséquences économiques pour le pays. Ils recommandent donc aux Suisses de la rejeter.

En réponse, le Parlement a élaboré un contre-projet avec des règles moins strictes. Ce projet sera mis sur la table législative si les électeurs rejettent le premier texte lors de ce référendum.

► À lire aussi : La Suisse aux urnes pour un référendum sur le financement de l’industrie des armes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail