Accéder au contenu principal

Manche: la France et le Royaume-Uni s'accordent pour freiner l'immigration clandestine

Trois migrants tentant de traverser la Manche entre la France et la Grande-Bretagne dans un canoë gonflable au large des côtes françaises à Calais, le 4 août 2018.
Trois migrants tentant de traverser la Manche entre la France et la Grande-Bretagne dans un canoë gonflable au large des côtes françaises à Calais, le 4 août 2018. STR / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Des patrouilles supplémentaires et des nouveaux moyens technologiques seront déployés le long des plages françaises dans le cadre d'un nouvel accord entre Paris et Londres visant à mettre un terme à l'immigration clandestine par la Manche.

Publicité

L'accord franco-britannique prévoit le doublement des patrouilles françaises à partir du 1er décembre. Elles seront appuyées de drones et de radars permettant de repérer ceux qui tentent la traversée, a déclaré Priti Patel sur la BBC. La ministre britannique de l'Intérieur s'est félicitée de l'accord en déclarant qu'il permettrait aux deux pays de « partager la mission de rendre impossibles les traversées de la Manche ».

Hausse du nombre de traversées

Ces derniers mois, de plus en plus de migrants ont tenté de rejoindre le Royaume-Uni par cette voie dangereuse et très fréquentée. Quatre décès ont été recensés en 2019, et sept depuis le début de l'année. Le dossier a été source de tension, le Royaume-Uni accusant la France de ne pas s'impliquer suffisamment pour empêcher les traversées.

En septembre, les autorités françaises ont précisé avoir intercepté plus de 1 300 personnes qui tentaient de rejoindre le Royaume-Uni, dont une poignée avaient essayé de traverser la Manche à la nage sur une trentaine de kilomètres. Entre le 1er janvier et le 31 août, environ 6 200 migrants avaient tenté leur chance, à l'aide de canots pneumatiques, de paddles, de kayaks, voire de gilets de sauvetage. Le nord de la France attire depuis longtemps les candidats à l'immigration clandestine vers la Grande-Bretagne, à bord d'embarcations ou de l'un des dizaines de milliers de véhicules traversant quotidiennement la Manche sur des ferries et des trains.

Accord contesté

Au Royaume-Uni, l’accord franco-britannique a été immédiatement critiqué par l’opposition travailliste et plusieurs associations caritatives dont Action Détention pour qui Priti Patel ne fait que « réarranger les transats sur le Titanic », rapporte notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix. 

Toutes dénoncent le refus du gouvernement conservateur de partager ses responsabilités avec son voisin français afin d’établir un passage légal et sûr vers le Royaume-Uni et éviter que des familles prennent de plus en plus de risques pour tenter cette traversée périlleuse.

(Avec agences)

(Ré)écouter : Migrants: les traversées de la Manche sont en hausse malgré la surveillance

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.