Accéder au contenu principal

Suisse: les référendums sur les ventes d'armes et les multinationales responsables rejetés

Une majorité de cantons suisses ont rejeté l'initiative pour des multinationales plus responsables, ce dimanche 29 novembre.
Une majorité de cantons suisses ont rejeté l'initiative pour des multinationales plus responsables, ce dimanche 29 novembre. AFP - FABRICE COFFRINI
Texte par : RFI Suivre
4 mn

La Suisse a voté deux fois non ce dimanche 29 novembre. Une première fois contre l'initiative sur les multinationales responsables. La seconde contre la fin du financement des marchands d'armes. La pandémie et la morosité économique ambiante ont sans doute eu raison de la neutralité suisse.

Publicité

Avec 42,5% de oui, quatre cantons sur 26 ont accepté le texte sur l'arrêt du financement des marchands d'armes. Ses partisans ont beau saluer un score pas trop mauvais, c'est un échec pour cette initiative portée par le Groupe pour une Suisse sans armée et les partis de gauche, rapporte notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche.

Sur le papier, elle est plutôt consensuelle. Elle demande une interdiction de financer les entreprises qui réalisent plus de 5% de leur chiffre d'affaires avec la vente d'armes de guerre. En face, le gouvernement, les partis de droite et les milieux économiques ont avancé un argument massue : l'impact sur les retraites.

La Banque nationale suisse et les caisses de pensions ont en effet investi plusieurs milliards de francs dans des entreprises visées par l'initiative. Après l'annonce des résultats, le ministre de l'Économie a assuré que la Suisse poursuivra son engagement pour une place financière plus durable. Mais qu'elle le fera sur la base du dialogue et pas avec des interdictions.

Rejet de l'initiative pour des «multinationales responsables»

Un autre texte était également soumis au votes des Suisses ce dimanche. Il a été accepté par les électeurs mais pas par suffisamment de cantons. L'initiative souhaitait imposer des obligations légales plus strictes aux entreprises helvétiques en matière de respect des droits humains et des normes environnementales. Selon l'institut de sondage gfs.bern, l'initiative dite sur « les multinationales responsables » a été rejetée par au moins 14 des 26 cantons suisses alors qu'elle aurait été approuvée à une courte majorité des voix, 50,7%. Or pour être adopté, un texte doit être approuvé à la fois par une majorité de votants et de cantons.

Ce texte prévoyait d'obliger les entreprises suisses à s'assurer du respect des droits de l'homme et de l'environnement dans leurs activités à l'étranger, dans celles de leurs fournisseurs ou de leurs partenaires commerciaux. Il aurait également permis de forcer les entreprises à répondre d'éventuels manquements devant les tribunaux en Suisse.

« Je suis extrêmement déçue [...] mais c'est une initiative qui a bénéficié d'un soutien incroyable [...] et on voit que l'ensemble du pays a eu un débat très large, un débat qui est sain et qui pose la question des valeurs que l'on veut assurer dans une économie globalisée », a déclaré sur la chaîne publique RTS Lisa Mazzone, représentante des Verts suisses, parti qui appelait à voter oui pour l'initiative soutenue par 130 ONG.

Une fracture entre cantons germanophones et francophones 

Le Conseil fédéral (gouvernement) ainsi que les organisations de défense des entreprises appelaient les électeurs à rejeter le texte, estimant qu'il risquait de nuire aux intérêts économiques suisses.

« Ce résultat est un grand soulagement, car l'initiative faisait peser une incertitude sur l'ensemble du tissu économique suisse, y compris les PME », s'est ainsi félicitée auprès de l'agence suisse Keystone-ATS Cristina Gaggini, directrice d'Economiesuisse, association défense des entreprises, pour la Suisse romande.

Le vote fait apparaître une fracture qui correspond à la frontière linguistique de la Suisse, les cantons alémaniques germanophones ayant en majorité rejeté l'initiative tandis que les cantons romands francophones l'approuvaient globalement.

 (Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.