Covid-19: en Russie, la campagne de vaccination du Spoutnik V débute

Selon un sondage réalisé en octobre par l’institut indépendant Levada, 59% des Russes se disent réticents à être vaccinés contre le Covid-19. En Russie, l’appréhension face à ce vaccin ne faiblit pas. Au contraire, elle augmente.
Selon un sondage réalisé en octobre par l’institut indépendant Levada, 59% des Russes se disent réticents à être vaccinés contre le Covid-19. En Russie, l’appréhension face à ce vaccin ne faiblit pas. Au contraire, elle augmente. The Russian Direct Investment Fund (RDIF)/Handout via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
5 mn

En Russie, c’est le début des vaccinations à grande échelle contre le Covid-19. Le fameux vaccin « Spoutnik V », développé par un laboratoire russe, va être administré à partir de samedi à Moscou, dans 70 cliniques. Cette première phase sera cependant réservée aux professions les plus exposées.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou,  Daniel Vallot

Pour les vaccinations contre le Covid-19, il faut d’abord s’inscrire sur un site internet spécialement dédié, et répondre aux critères formulés par la mairie de Moscou. Il faut être âgé de 18 à 60 ans, ne pas avoir reçu de vaccin depuis un mois, et surtout appartenir à l’une des catégories professionnelles sélectionnées pour cette première campagne de vaccination : médecins, enseignants, ou travailleur social.

Selon la mairie de Moscou, 70 points de vaccination seront opérationnels dès samedi. La vaccination elle-même doit durer une heure environ : cela comprend la préparation du vaccin, puisque le vaccin Spoutnik V est conservé à une température de moins 18 degrés, et une observation médicale d’une demi-heure après l’injection.

Début des vaccinations malgré des tests cliniques inachevés

La Russie veut aller vite, trop vite aux yeux de certains spécialistes. En effet, la fameuse troisième phase des essais cliniques n’est pas terminée, elle le sera en janvier prochain, et ses résultats définitifs ne seront publiés qu’en juillet 2021. Les autorités russes n’y voient pas d’inconvénient majeur, et se satisfont des résultats des deux premières phases qui ont prouvé, selon elles, l’efficacité et la sûreté de ce vaccin.

Mais selon un sondage réalisé en octobre par l’institut indépendant Levada, 59% des Russes se disent réticents à être vaccinés et ils n’étaient que 54% au mois d’août.

L’appréhension face à ce vaccin ne faiblit pas. Au contraire, elle augmente en Russie, et ce malgré les déclarations très optimistes et quelque peu triomphalistes des autorités du pays à propos du vaccin Spoutnik V.

► À lire aussi : Covid-19: Poutine appelle les BRICS à unir leurs efforts pour produire les vaccins russes

Ce vaccin, comme tous les autres, doit passer trois étapes d’évaluation et moi je préfère attendre pour être sûr qu’il est efficace et qu’il n’est pas dangereux. Il y a peut y avoir des effets secondaires liés aux composants du vaccin ou au virus qui est injecté… Tout peut arriver...

Reportage à Moscou

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail