Accéder au contenu principal

L'opposant Alexeï Navalny rentrera en Russie le 17 janvier

L'opposant russe Alexeï Navalny annonce dans une vidéo postée le 13 janvier 2021 sur Instagram son retour en Russie.
L'opposant russe Alexeï Navalny annonce dans une vidéo postée le 13 janvier 2021 sur Instagram son retour en Russie. AP - Navalny instagram account
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En convalescence en Allemagne après avoir été victime d'un empoisonnement présumé au Novitchok en août, l'opposant russe déclare qu’il a acheté son billet retour pour dimanche. En dépit de toutes les incertitudes pesant sur son avenir judiciaire en Russie, voire sa sécurité, il a la ferme intention de rentrer chez lui.

Publicité

« Dimanche 17 janvier, je rentre à Moscou par un vol de la compagnie "Pobeda", venez m’accueillir ! » C’est par ces mots qu’Alexeï Navalny termine sa courte vidéo postée sur Instagram. Elle accompagne un message écrit, dans lequel il explique les raisons de son retour : « La question de revenir ou pas ne s'est jamais posée pour moi. Simplement parce que je ne suis pas parti. J’ai été transporté en Allemagne dans une boîte de réanimation. »

Selon les conclusions de trois laboratoires européens et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), L’opposant a été empoisonné par un agent neurotoxique, rappelle Anastasia Becchio du service Europe de RFI. Alexeï Navalny estime que le pouvoir russe fait tout pour l’empêcher de revenir en Russie : « J'ai survécu. Et maintenant Vladimir Poutine, qui a ordonné mon assassinat [...] dit à ses serviteurs de tout faire pour que je ne rentre pas. »

Peine de prison ferme

À la fin du mois dernier, une enquête pour « fraudes à grande échelle » a été ouverte contre lui. Selon le Comité d'enquête russe, Alexeï Navalny est soupçonné d'avoir dépensé pour son usage personnel pour près de 4 millions d'euros de dons.

Cette semaine, la justice a enregistré une plainte demandant la conversion d'une peine de prison avec sursis datant de 2014 en prison ferme. Elle sera examinée le 29 janvier prochain. 

► À lire aussi : Russie : l'opposant Alexeï Navalny dans le collimateur du Kremlin

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.