Accéder au contenu principal

Nicola Gratteri, l'homme qui traîne la plus puissante mafia italienne en justice

Nicola Gratteri, parlant aux journalistes, le 13 janvier 2021.
Nicola Gratteri, parlant aux journalistes, le 13 janvier 2021. REUTERS - YARA NARDI
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Un maxi-procès contre la toute puissante mafia calabraise, la 'Ndrangheta, s'est ouvert ce mercredi en Italie. Aux commandes de l'enquête, un homme, sous protection policière depuis 30 ans: le procureur Nicola Gratteri.

Publicité

Nicola Gratteri, 62 ans, vit sous escorte policière depuis plus de 30 ans. Depuis 1989 précisément, lorsqu'il a entamé sa lutte contre la 'Ndrangheta, rappelle notre correspondante à Rome, Anne Le Nir. Le célèbre procureur a pour ainsi dire grandi avec cette organisation criminelle, désormais présente dans le monde entier : il est né à Gerace, un village de la Locride où les premiers clans, les « ‘Ndrines », se sont constitués.

L'homme aux commandes du maxi-procès qui s'est ouvert ce mercredi rappelle souvent qu’il fréquentait la même école que les fils de boss et que son vécu l’a marqué au point de décider très tôt d’embrasser la carrière de magistrat. Mais ce père de deux enfants médecins, qui ont dû fuir la Calabre, aime aussi rappeler ses racines rurales. Il se décrit avec humour comme un « agriculteur infiltré dans la magistrature ». 

Un magistrat bien vu des politiques

En février 2014, le gouvernement Renzi nouvellement élu a laissé circuler le nom du magistrat pour le poste de garde des Sceaux. Mais pour des raisons d'équilibre entre les différentes composantes de la majorité, ainsi qu'en raison de l'opposition du président de la République Giorgio Napolitano, c'est finalement Andrea Orlando qui lui sera préféré. Le même mois, Nicola Gratteri se voit offrir le poste de conseiller au sein de la commission parlementaire anti-mafia. Il choisit de décliner car il trouve cette fonction incompatible avec ses fonctions au parquet. En 2016,  il est nommé procureur de Catanzaro, la capitale de la Calabre, après avoir dirigé celui de Reggio de Calabre.

Grâce à lui, 300 suspects sont arrêtés dans un coup de filet inédit en 2019. Trois clans de la puissante mafia calabraise sont ainsi anéantis après des années d’enquête menées comme une guerre et qui ont conduit les enquêteurs du nord au sud de l’Italie, mais aussi en Bulgarie, en Suisse et en Allemagne. Car la 'Ndrangheta est une organisation tentaculaire. Selon la justice italienne, elle compte 20 000 membres dans le monde et génère un chiffre d’affaires annuel de plus de 50 milliards d’euros.

Un combat symbolique

Parmi les accusés, des commerçants, un ex-parlementaire, des maires, un commandant de police municipale, un colonel des carabiniers. Nicola Gratteri espère que le maxi-procès qui vient de s’ouvrir permettra de  « poser un jalon dans l’édification d’un mur contre toutes les mafias ». 

En novembre dernier, il a publié avec l'historien Antonio Nicaso un livre intitulé Oxygène illégal, dans lequel il dénonce l'inaction des hommes politiques européens, pas assez méfiant sur l'essor des mafias, au delà des frontières italiennes, surtout en tant de pandémie. Il en appelle à plus de coopération européenne et internationale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.