Accéder au contenu principal

Vaccins anti-Covid-19: l'eurodéputé P. Canfin pointe le manque de transparence des contrats

Vaccination contre le Covid-19 avec le vaccin de Pfizer-BioNTech, à Madrid, le 12 janvier 2021.
Vaccination contre le Covid-19 avec le vaccin de Pfizer-BioNTech, à Madrid, le 12 janvier 2021. AFP - OSCAR DEL POZO
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Depuis des mois, le Parlement européen demande une meilleure transparence des contrats avec les laboratoires. Ce mardi matin 12 janvier, des députés ont interrogé Sandra Gallina, la négociatrice en chef de l’UE pour ces contrats. La Commission européenne a accédé à l’une des demandes : certains peuvent désormais prendre connaissance des contrats dans une salle de lecture. C’est ce qu’a fait le président de la Commission de l’Environnement, de la Santé publique et de la Sécurité alimentaire, Pascal Canfin. Un exercice de transparence qu’il juge « extrêmement limité ».

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Bruxelles, Anastasia Becchio

Quarante cinq minutes dans une salle de lecture de la Commission européenne pour prendre connaissance d’un document d’une soixantaine de pages, sans téléphone, mais avec la possibilité de prendre des notes. Pascal Canfin a aussi dû signer un engagement de confidentialité, pour un exercice qui au final laisse beaucoup de questions sans réponse.

« Beaucoup de questions clés sont couvertes par des paragraphes qui sont biffés, surlignés en noir, c'est donc évidemment illisible, insiste Pascal Canfin. Le prix est biffé. plus important encore, le régime de responsabilité juridique, les lieux de production, qui étaient aussi une demande du parlement, sont biffés. »

► À lire aussi : Prix des vaccins: des eurodéputés contestent l’opacité de la Commission européenne

Mécanisme de suivi

Le mois dernier, une secrétaire d’État belge avait révélé les prix des vaccins négociés par la Commission européenne. Cette bourde avait relancé le débat sur la nécessité d’obtenir plus de transparence.

Selon Pascal Canfin, elle est aussi nécessaire pour négocier des prix à la baisse. « Un vaccin, c'est un produit avec un coût fixe, souligne l'eurodéputé. La première dose coûte des milliards. la milliardième dose coûte 0,01. Ce serait assez logique d'avoir un mécanisme de suivi pour que les commandes additionnelles soient négociées éventuellement à des coûts plus faibles. Il n'y a aucun élément qui porte sur la logique de fixation des prix et éventuellement, des prix à la baisse pour les futures commandes. »

Pour l’instant, un seul contrat est disponible à la consultation, celui de CureVac. Les autres laboratoires n’ont pas encore donné leur accord. 

► À lire également : Covid-19: le vaccin Moderna obtient l'aval de l’Union européenne

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.