Covid-19: la Suisse instaure le service militaire à distance

Des soldats de l'armée suisse portent des masques protecteurs lors d'un exercice de tir à la carabine dans l'enceinte militaire de Chamblon près d'Yverdon-les Bains, le 30 avril 2020.
Des soldats de l'armée suisse portent des masques protecteurs lors d'un exercice de tir à la carabine dans l'enceinte militaire de Chamblon près d'Yverdon-les Bains, le 30 avril 2020. AP - Laurent Gillieron
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le télétravail fait des émules au sein de l'armée. En Suisse, où le service militaire est obligatoire pour les hommes, les prochaines recrues vont devoir faire leurs classes depuis leur salon. À cause de la pandémie, l'armée a en effet décidé de différer leur arrivée en caserne. Mais pas question de jouer les tire-au-flanc pour autant.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève,  Jérémie Lanche

Douze mille appelés devaient entamer leur service militaire ce mois-ci. L'armée a décidé de couper la poire en deux : seuls 6 000 jeunes feront leur entrée en caserne. Les autres suivront un enseignement à distance. Soit 6 heures par jour, pendant trois semaines grâce à une application.

Apprendre à faire le salut militaire, à enfiler un masque à gaz et même à manier son arme. Un entraînement physique est même prévu. Ils devront ensuite passer un test pour vérifier leurs connaissances au moment de rejoindre leurs unités. Avec tous les risques que cela comporte en terme de propagation du virus.

Interrogé par la Radio télévision suisse (RTS), le député socialiste Pierre-Alain Fridez, n'est ni convaincu par l'armée à la maison ni par l'urgence de former de nouveaux militaires :

« Ce n'est pas de la théorie dont on a besoin, c'est effectivement de la pratique. Le contact avec des véhicules, avec des armes, des choses comme ça. On est tous d'accord que la guerre n'est pas à notre porte, donc je pense qu'on aurait très bien pu attendre. »

L'armée suisse joue pourtant un rôle important au temps de la pandémie, puisque c'est elle qui stocke et achemine les vaccins dans les différents cantons. Les militaires sont aussi intervenus pour soutenir les hôpitaux au moment où ils étaient submergés par les nouvelles contaminations. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail