Russie: Alexeï Navalny dénonce un enrichissement personnel de Vladimir Poutine

Le leader de l'opposition à Vladimir Poutine Alexeï Navalny, à Moscou, le 30 décembre 2014.
Le leader de l'opposition à Vladimir Poutine Alexeï Navalny, à Moscou, le 30 décembre 2014. AFP PHOTO / DMITRY SEREBRYAKOV
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C’est la réponse d’Alexeï Navalny à Vladimir Poutine. Arrêté dès son retour d’Allemagne dimanche, l’opposant a publié sur internet une vidéo dénonçant la corruption et l’enrichissement personnel du président russe. Le film qui dépasse déjà les 3 millions de vues se focalise sur le patrimoine immobilier de Vladimir Poutine. Et sur un palais immense et luxueux, que Vladimir Poutine aurait fait construire, selon l’opposant, sur les bords de la Mer Noire.

Publicité

« Nous vous présentons l’endroit le plus secret de Russie, le palais de Poutine près de Gelendjik… Le voilà devant vous, c’est la plus grande résidence privée de Russie. Rien ne peut lui être comparé. C’est un nouveau Versailles, un nouveau Palais d’Hiver, une véritable résidence de roi » dit Alexeï Navalny dans cette vidéo.

Le ton est cinglant, et les images sont impressionantes. Selon Alexeï Navalny, le palais dont la construction a commencé il y a 15 ans, s’étend sur plus de 17 000 mètres carrés. D’un luxe inouï, il est doté d’un casino, d’un théâtre, et même d’une patinoire souterraine.

« Au total tout cela a coûté 100 milliards de roubles, plus d’un millard d’euros. Les amis de Poutine, qui ont eu le droit de tout voler en Russie grâce à lui, l’ont remercié en lui apportant cette somme. C’est pour cela que nous parlons du plus gros pot-de-vin de l’histoire » poursuit Navalny.

L’opposant assure documents à l’appui que le palais appartient au président russe, même si formellement ce sont des prêtes-noms qui en sont les propriétaires.

Au début de la vidéo, Alexei Navalny explique avoir attendu d’être rentré en Russie pour la diffuser. « Si nous l’avions fait alors que je me trouvais à l’étranger, on m’aurait accusé de lâcheté », explique-t-il, avant de lancer un appel à la mobilisation. « Nous ne vivrons normalement que lorsque nous cesserons de tolérer cette corruption et s’ils refusent d’organiser des élections libres alors nous irons dans la rue, et nous les éjecterons du pouvoir de cette manière ! »

Interrogé sur les accusations formulées par l’opposant dans cette nouvelle vidéo, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov les a rejetées en bloc – tout en reconnaissant ne pas avoir regardé les images diffusées par Alexeï Navalny.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail