Un conscrit meurtrier condamné en Russie, le débat sur le bizutage dans l'armée relancé

Des soldats russes appelés font la queue devant un guichet de conscription surplombé de la banderole : «Servir la patrie est un devoir sacré». Moscou, le 26 novembre 2010.
Des soldats russes appelés font la queue devant un guichet de conscription surplombé de la banderole : «Servir la patrie est un devoir sacré». Moscou, le 26 novembre 2010. AP - Mikhail Metzel
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Âgé de 19 ans au moment des faits, le jeune homme avait tué huit autres soldats sur une base militaire en 2019. Il avait affirmé avoir agi en raison des humiliations incessantes infligées par ses supérieurs. Ce fait divers tragique avait réveillé en Russie le débat sur le bizutage au sein de l’armée. 

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

C’est en octobre 2019, sur une base perdue de Sibérie, que le drame s’est déroulé. Ramil Chamsoutdinov, alors âgé de 19 ans, ouvre le feu sur les soldats qui l’entourent, au moment de prendre son tour de garde. Il tue huit personnes, dont deux officiers.

Dans les semaines qui suivent, le jeune conscrit affirme avoir agi en raison de « l’enfer » qu’il vivait depuis des mois dans cette caserne. Un quotidien d’humiliations, de menaces de viol et de privations de sommeil. Selon son avocat, Ramil Chamsoutdinov n’avait pas dormi depuis trois jours lorsqu’il est passé à l’acte.

Service militaire repoussoir

En Russie, ce fait divers terrible a rappelé que le bizutage au sein de l’armée russe, avec ses conséquences parfois dramatiques, est loin d’avoir disparu. Malgré le discours des autorités et les mesures prises depuis une décennie pour endiguer le phénomène, de nombreux conscrits se plaignent des brimades subies lors de leur service militaire. Un service que les jeunes Russes continuent de vouloir éviter, par crainte justement de ces mauvais traitements.

Les avocats de Ramil Chamsoutdinov ont fait savoir qu’ils feraient appel du jugement. Les familles des victimes également : elles réclament une peine de prison à perpétuité pour le jeune homme.

► À écouter : Russie: la hantise du bizutage au sein de l’armée russe

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail