Espagne: vacciné trop tôt contre le Covid-19, le chef d'état-major démissionne

Une soignante espagnole se fait vacciner contre le Covid-19 à Pampelune le 20 janvier 2021.
Une soignante espagnole se fait vacciner contre le Covid-19 à Pampelune le 20 janvier 2021. AP - Alvaro Barrientos
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Espagne, alors que la campagne de vaccination connaît des retards dans certaines régions du pays, des militaires haut gradés ont reçu le vaccin contre le Covid-19 sans être prioritaires. Ce passe-droit a déclenché une vive polémique. 

Publicité

Avec notre correspondante à Madrid, Diane Cambon

Le chef de l’état-major de l’armée espagnole Miguel Angel Villarroya a présenté sa démission devant la ministre de la Défense pour non respect du protocole sanitaire. Il lui est reproché d'avoir été vacciné contre le Covid-19 alors qu’il n’était pas prioritaire.

Mais il n’est pas le seul. D’autres officiers, des hauts gradés, auraient également reçu cette faveur, ce qui a provoqué l’indignation du personnel et des militaires qui sont en contact direct avec la population et attendent avec impatience le vaccin.

La polémique survient alors que depuis quelques semaines la liste de noms d’élus politiques de différents partis qui ont profité de la vaccination sans en être sur la liste prioritaire, ne cesse de gonfler. Maires, conseillers municipaux et responsables politiques ont profité de campagne de vaccination dans des maisons de retraite pour recevoir une dose qui ne leur était pas destiné.

Un million de doses sont actuellement administrées en priorité au personnel médical et aux résidents de maison de retraite en Espagne. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail